Space killer
Titre original: Peacemaker
Genre: Science fiction , Action
Année: 1990
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Kevin Tenney
Casting:
Robert Forster, Lance Edwards, Hilary Shepard, Bert Remsen, Robert Davi...
Aka: Allien cop (édition vhs Supra Vision / Initial).
 

Ils traversent les murs sans difficulté et reviennent à la vie après avoir été criblés de balles. Ils ont l'apparence des humains, mais ils ne sont pas de ce monde. Que sont-ils ? Lorsqu'elle voit le corps d'un inconnu se régénérer devant ses yeux, le Dr. Dori Caisson sait qu'il n'est pas humain. Il lui dit qu'il est le Pacificateur venu sur Terre pour capturer un tueur psychotique de sa planète et lui demande son aide. Mais est-il le policier ou le tueur ? Il est impossible de les différencier lorsque l'autre raconte la même chose...

 

 

Ne s'encombrant pas d'un scénario trop complexe, Tenney arrive à pondre une histoire efficace avec une intrigue basée sur qui est le flic et qui est le tueur, le Dr. Dori Caisson passant son temps entre les deux extraterrestres, on est aussi perdu qu'elle pour savoir qui dit la vérité car même quand l'un des deux arrive à être convaincant, l'autre trouve les moyens de nous faire changer d'avis, la réponse n'arrivant finalement que dans les ultimes minutes du film.
Le film est avant tout porté sur l'action, les scènes de dialogues sont peu nombreuses et peu intéressantes mis à part pour leurs débilités jouissives qui en fin de compte rehaussent leur intérêt, on assiste bien sûr à l’apprentissage de la langue terrienne grâce à notre chère télévision, le tout en une seule nuit ! Une scène de "sexe" bien timide et inutile s'égare même au milieu du récit.
Les trois quarts du film restants sont donc tournés vers l'action et là ça s'enchaîne sans vraiment de temps mort, courses poursuites, fusillades, combats à mains nues, le tout très réaliste et point ridicule (sauf peut être la démarche gauche des aliens quand ils courent), quel plaisir de voir enfin des vrais coups de poing dans la gueule qui font mal (voir la scène finale où Dori en prend plein la figure) de plus le film n'est pas avare en détails gores, le fait que nos deux visiteurs se régénèrent amène son lot de blessures sanglantes (impact de fusil à pompe, corps entièrement détruit par une explosion, arrachage à main nue d'organes à travers une blessure, auto-ablation de la main pour se détacher de menottes) qui raviront le spectateur.
Une série B musclée un poil stéréotypée mais sans prétention et efficace.

 

 

Note : 7/10

 

Gregore
Vote:
 
7.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 3411
0

Autres films Au hasard...