Course contre l'enfer
Titre original: Race with the Devil
Genre: Fantastique , Action , Aventures
Année: 1975
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Jack Starrett
Casting:
Peter Fonda, Warren Oates, Lara Parker, Loretta Swit, R.G.Armstrong, Clay Tanner...
 

Frank, Roger et leurs épouses décident de partir en vacances à bord de leur nouveau mobil home, vers les régions enneigées du Colorado. En route, ils établissent leur campement dans une clairière isolée. Le soir, les deux hommes aperçoivent un groupe d'individus masqués, entourés de filles qui forment une ronde. Les deux compagnons s'imaginent d'abord être en présence d'un clan de hippies, mais ils vont être témoins d'un rituel satanique durant lequel une des jeunes filles est assassinée. Les voilà devenus des témoins gênants qu'il faut éliminer à tous prix ! La lutte pour la survie du petit groupe s'engage !

 

 

L'intrusion de l'inexplicable dans le quotidien est l'une des bases du cinéma fantastique et d'horreur des années 70, que cette intrusion soit surnaturelle ("Rosemary's Baby", "L'Exorciste", "The Car"...) ou non ("Jaws", "Duel", "La Colline a des yeux"...). Jack Starrett, en vieux routier de la série B ("Cleopatra Jones" et surtout le cultisme "Nam's Angels" / "Les machines du Diable"), utilise ici cette intrusion comme postulat de départ de son film qu'il divise en deux parties complémentaires. La première, la plus longue, est plus axée sur le suspense, et joue constamment avec les nerfs des malheureux protagonistes (et des spectateurs consentants), en instaurant une véritable ambiance de paranoïa. Le script fort habile n'est pas avare en séquences chocs, qu'il répartit de manière métronome : la mort du chien, les serpents cachés dans la caravane, le comportement de certains autochtones... Le tout appuyé par la superbe et inquiétante partition musicale de Leonard Rosenman (le générique me donne à chaque fois des frissons).
Mais le film est avant tout une honnête série B d'action, et la deuxième partie laisse enfin éclater une violence plus graphique. En effet, les agresseurs se matérialisent enfin pour se lancer aux trousses des héros dans une meute de véhicules ; le petit groupe se défendra vaillamment à coups de calibre 12. C'est dans cette partie qu'intervient la fameuse course poursuite ponctuée de nombreuses et spectaculaires cascades (pour l'époque !), dont une scène qui fait toujours son petit effet même à notre époque, c'est-à-dire une voiture qui effectue plusieurs tonneaux à pleine vitesse.

 

 

Si certains aspects du film ont pris un coup de vieux, notamment la manière très seventies de représenter les adorateurs de Satan (quoique la légende prétend que les figurants de la secte étaient de vrais pratiquants), le film demeure un fleuron de la série B des années 70. Une œuvre qui fait l'unanimité parmi tous ceux qui ont eu la chance de la voir, grâce à un scénario linéaire mais efficace et une réalisation impeccable. Si le film est distribué par un grand studio (Fox) il n'en demeure pas moins un véritable film d'exploitation, comme le prouve son générique qui regroupe quelques noms célèbres à l'époque dans le milieu de la série B. Le producteur Paul Maslansky, qui fut le réalisateur du méconnu "Sugar Hill", un film de zombies version blaxploitation dans les années 70, produisit plusieurs films d'exploitation comme "Damnation Alley", "Ruckus", "Circle of Iron", avant de faire fortune avec la série des "Police Academy". Les scénaristes ne sont autres que le duo infernal constitué du producteur Wes Bishop (qui fait une apparition dans le film) et du réalisateur Lee Frost, deux énergumènes responsables de quelques joyeusetés comme "Black Gestapo", "The Thing with two heads", "The Scavengers" ou encore "Love Camp 7". Soulignons aussi qu'une grande partie de l'efficacité du film vient de la qualité de son casting. En effet, le duo Peter Fonda ("Easy Rider" ça vous dit quelque chose ?) et Warren Oates (un habitué de Peckinpah) fonctionne à merveille. Tandis que Loretta Swit (les fameuses "Lèvres en Feu" de "Mash") et Lara Parker (actrice de télévision apparue dans une cinquantaine de séries) interprètent avec conviction les deux épouses des héros.

 

 

De ce fait, "Course contre l'enfer" apparaît comme un mélange assez inhabituel, bien qu'habile, entre le "road poursuit" et les films tendance satanisme. Le résultat est loin d'être déshonorant, c’est même tout le contraire. Sympathique, efficace et sans fioritures, cette "course contre l’enfer" est le genre de film qui vous fait aimer un certain cinéma fleurant bon le bitume et la poudre.

The Omega Man


A propos du film :

# Peu diffusé à la télévision, le film était pourtant sorti en K7 chez Fox il y a quelques années, et depuis peu en DVD zone 1 chez Anchor Bay. Mais voila que Fox, sans prévenir personne, le sort en DVD zone 2, sous une jaquette des plus racoleuses et en gardant le titre anglais (pour la version Benelux !), mais dans une copie 16/9 des plus honnêtes et à un prix très abordable.

Vote:
 
8.73/10 ( 51 Votes )
Clics: 7974

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...