Insidious
Genre: Horreur , Epouvante , Fantastique , Esprits
Année: 2010
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: James Wan
Casting:
Patrick Wilson, Rose Byrne, Barbara Hershey, Ty Simpkins, Lin Shaye, Leigh Whannell, Philip Friedman, Joseph Bishara, J. LaRose...
 

Josh, son épouse et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l'aîné tombe dans un coma inexpliqué. Etrangement, une succession de phénomènes paranormaux débute peu après.

 

De nos jours, lorsqu'un film sort, on aime le comparer (avec ou sans raison) à une œuvre antérieure connue, histoire de situer le contexte. Ainsi, Insidious est présenté comme l'un des films les plus terrifiants depuis L'Exorciste. Il est certain qu'en lisant l'accroche de l'affiche, Par les créateurs de Saw et de Paranormal Activity, il y a vraiment de quoi avoir la trouille. Cependant, il faut bien avouer que si le scénariste Leigh Whannell et le réalisateur James Wan sont les créateurs de la fameuse saga du Jigsaw, ils ont la paternité du seul épisode potable c'est à dire le numéro un. Mais surtout, ils sont à l'origine du meilleur vigilante movies de ces dernières années, je parle du méconnu "Death Sentence", un sacré bon polar balèze et bien torché, dans lequel le réalisateur nous prouve qu'il sait filmer les impacts de balles sans trembler.

 

 

C'est donc avec un sentiment mitigé mais optimiste que l'on aborde cette petite production indépendante. Passons sur les emprunts multiples et divers (on pense beaucoup à Poltergeist), le film démarre de manière hyper classique avec la famille d'américains moyens (papa, maman et les gosses) qui s'établit dans sa nouvelle demeure. Évidemment, au bout de quelque temps, la brave mère au foyer (c'est la seule qui reste à la maison) est victime d'étranges phénomènes. On s'attend alors à une nouvelle histoire de maison hantée, mais le script, se croyant malin, nous offre une petite pirouette lorsqu'un des enfants tombe dans un étrange coma. Malheureusement, c'est à ce moment que le film commence à se casser la gueule. Délaissant le thème de la demeure maléfique, le scénario s'engouffre tête baissée dans le concept du voyage astral, où comment l'esprit de certaines personnes peut se dissocier du corps physique pour vivre une existence autonome, et explorer librement l'espace environnant ou une autre dimension.
Les parents (et les spectateurs), abasourdis, apprennent que leur fils possède le pouvoir du voyage astral mais que, lors d'une escapade, il s'est perdu et n'a plus retrouvé le chemin de son enveloppe physique, ce qui explique son coma. Cette enveloppe vide attire les esprits (d'où les apparitions) et surtout un démon qui aimerait en profiter pour venir faire la nouba sur Terre. Avec l'aide d'un médium et de ses assistants, les parents vont essayer de ramener leur fiston au bercail, avant qu'un esprit ne prenne possession de son corps.

 

 

Après une première partie réussie et intrigante à souhait, où le réalisateur joue habilement avec les ombres, préférant parfois la suggestion ou l'effet choc (comme ce fantôme surgissant dans la chambre de la pauvre mère affolée), la suite n'est malheureusement pas aussi convaincante. Le fameux démon sorti tout droit des nouveaux "Star Wars", ajouté au petit périple dans l'au-delà qui flirte dangereusement avec le ridicule, ou encore ces deux pseudo-scientifiques (deux geeks échappés d'un film de Kevin Smith) sont censés apporter une touche d'humour, mais désamorcent complètement le suspense à chaque apparition. Heureusement, le reste du casting est plus convaincant. Le couple Patrick Wilson ("The A-Team", le hibou des Watchmen) et Rose Byrne ("Prémonitions", "28 semaines après") est assez convaincant, alors que Lin Shaye (une spécialiste des rôles d'infirmière !) ne s'en tire pas trop mal dans un rôle difficile, car toujours comparé à l'interprétation de Zelda Rubinstein (qui reste une référence dans le genre). Côté nostalgie, les quadras seront heureux de retrouver la délicieuse Barbara Hershey qui traumatisa toute une génération dans The Entity. Certes, elle a un peu vieilli, mais elle garde un certain charme, si ce n'est un charme certain.

 

 

Avec ce genre de scénario, il faut y aller à fond et ne pas être trop timoré, sinon on rate sa cible. C'est malheureusement ce qui se passe ici. Le réalisateur essaye désespérément de maintenir son métrage à flot en gardant un certain réalisme, mais le script ne suit pas et, malgré les efforts des acteurs et quelques pirouettes maladroites (dont un final des plus convenus), l'ensemble déçoit !
Demi échec ou semi réussite... en tout cas James Wan n'a toujours pas convaincu qu'il valait mieux qu'un David R Ellis ("Shark 3D"), tandis que son ami et scénariste Leigh Whannell déçoit. Le duo va-t-il rejoindre les "blair-eaux" Daniel Myrick et Eduardo Sánchez dans l'enfer des one-shot ? Quoi qu'il en soit, une suite est déjà prévue puisque le film a été un gros succès au box-office, rapportant près de 50 millions de biftons verts pour un budget ridicule (1.5 millions de $). Reste à savoir si le duo va rempiler pour un nouvel opus ou laisser, comme pour Saw, la barre à quelqu'un d'autre.

 

 

En rapport avec le film :

# La fiche dvd Wild Side de "Insidious"

Vote:
 
6.00/10 ( 12 Votes )
Clics: 2757
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...