Dracula Saga, The
Titre original: La saga de los Dracula
Genre: Horreur , Vampirisme
Année: 1973
Pays d'origine: Espagne
Réalisateur: Leon Klimovsky
Casting:
Tina Sainz, Tony Isbert, Narciso Ibañez Menta, Helga Liné, Maria Kosty, Cristina Suriani...
Aka: L'ultimo vampiro / Death, Death, Death/Dracula: The Bloodline Continues
 

Berta et son mari Hans quittent Londres pour la Transylvanie. La jeune femme vient retrouver la terre de ses ancêtres, sa famille (son grand-père le Comte Dracula, ses deux cousines Xenia et Irina) sans oublier les domestiques qui l'ont en partie élevée, Mme Gastrop et Gert. Berta est enceinte de quatre mois. Sa venue est capitale car le Comte Dracula n'a pas d'héritier mâle et craint que sa lignée ne vienne à disparaître quand il mourra.
Après un voyage mouvementé, la découverte d'une jeune femme dans les bois mordue au cou et ayant perdu beaucoup de sang, Berta et Hans sont accueillis par Gabor, le régisseur du domaine des Dracula, qui les conduit jusqu'au château.
Étrangement, personne n'est là pour accueillir le couple. Gabor élude la moindre question et laisse les invités s'installer. Berta se rend dans le caveau familial et découvre les cercueils de son grand-père et de ses deux cousines, sur lesquels figure la date de leur décès. Prise de panique, elle informe Hans de la situation et tous deux décident de quitter les lieux, mais toutes les issues sont fermées.
La nuit tombe. C'est alors que Hans vient avertir sa femme que la famille les attend pour le dîner :le vieux Comte, les deux cousines, les domestiques, et aussi une très belle femme, Munia, la dernière épouse de Dracula.

 

 

Avec des auteurs comme Javier Aguirre, Carlos Aured, Narciso Ibañez Serrador, Eugenio Martin, Jesus Franco, Jorge Grau, Amando de Ossorio, l'incontournable Jacinto Molina/Paul Naschy et donc Leon Klimovsky, il apparaît évident que le cinéma espagnol brilla de mille feux durant les années 1960, '70 et '80. Mais curieusement, les œuvres mettant Dracula comme personnage central furent assez peu nombreuses. On citera l'adaptation du roman de Bram Stoker par Jesus Franco (Les Nuits de Dracula, 1970), "Le Grand amour du comte Dracula" signé Javier Aguirre et avec Paul Naschy dans le rôle-titre (1973) ou encore l'iconoclaste "El jovencito Dracula" (Carlos Benpar, 1977), situé dans un contexte contemporain.
La saga de los Dracula se passe à la fin du XIXème siècle dans les (supposées) Carpathes (en réalité, dans les alentours de Madrid). Le réalisateur nous montre ici un Dracula vieillissant, quasiment en fin de vie et amer de constater que sa lignée va s'éteindre. Son seul espoir réside en Berta, sa petite fille, qui est enceinte. Il l'attire donc dans son château, et va mettre tout en œuvre, avec la complicité de ses deux petites nièces, son épouse et ses domestiques, pour que Berta accouche dans les meilleures dispositions, et qu'elle mette au monde un garçon en bonne santé. Les personnages du film sont donc au chevet de l'héroïne du film (car c'est finalement Berta le personnage central, et non Dracula), aux petits soins, dans un climat oppressant dans la mesure où l'on réalise très vite que Berta et son mari sont manipulés.
D'un certain côté, il règne dans The Dracula Saga une ambiance à la "Rosemary's Baby", le vieux château ancestral remplaçant l'immeuble new-yorkais, mais avec comme lien commun l'atmosphère maléfique du lieu et le comportement suspect de ses habitants.

 

 

Leon Klimovsky (1906-1996) est né en Argentine. Il a fait là-bas ses premières armes dans le 7ème Art, et c'est lui qui a permis l'apparition des premiers ciné-clubs dans ce pays, durant les années 1940. Il poursuit sa carrière en Espagne, où il se fera connaître pour ses westerns et des films d'exploitation. Il est surtout connu pour ses œuvres ancrées dans l'horreur/fantastique et travaillera d'ailleurs avec Paul Naschy une dizaine de fois dans les années 1970, depuis "La Furie des vampires" (1971) jusqu'à "Secuestro" (1976), en passant par "Doctor Jekyll and the Werewolf" (1972) ou encore La Vengeance des zombies (1973). En dehors de ses films d'horreur, Klimovsky tourna aussi quelques thrillers de qualité, parmi lesquels Une libellule pour chaque mort (1975) et Trauma (Violacion fatal, 1978). Ce film marquera d'ailleurs sa dernière contribution pour le cinéma.

 

 

Concernant le casting de La saga de los Dracula, il est particulièrement hétéroclite, mélangeant des acteurs plutôt connus et d'autres pas du tout. Tina Sainz (Berta, dans le film) est une actrice espagnole dont le CV est conséquent, ayant débuté sa carrière en 1962, et étant toujours en activité aux dernières nouvelles. Elle a beaucoup tourné pour la télévision, et son incursion dans le film de Klimovsky demeure probablement la seule dans le cadre du cinéma Bis. Son mari dans le film, Hans, est interprété par Tony Isbert, peu connu en dehors de son pays d'origine (l'Espagne), et qui à l'époque du tournage de The Dracula Saga avait de faux airs de François Valéry (donc le profil idéal pour jouer dans un film d'horreur). On a pu notamment le voir dans La cruz del diablo (John Gilling, 1975) et "Inquisicion" (Paul Naschy, 1977). Narciso Ibañez Menta a une soixantaine d'années lors du tournage et compose un Dracula certes âgé mais néanmoins machiavélique. Sa carrière pour le cinéma et la télévision est elle aussi importante, même si sa renommée n'a pas vraiment franchi les frontières de son pays.

 

 

Au rayon des jolis minois du cinéma de genre, on notera les présences appréciables de Maria Kosty (La Vengeance des zombies, Night of the Sorcerers, "Exorcismo", "La Chevauchée des morts-vivants", Une libellule pour chaque mort) et Helga Liné (Las alimañas, Le Manoir de la terreur, Kriminal, Le Retour de Kriminal, Les Amants d'outre-tombe, Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera..., Les Amazones, Folie meurtrière…). La liste est longue concernant cette actrice allemande née Helga Lina Stern, qui écuma le cinéma d'exploitation durant de longues années, et dans tous les genres ou presque. Que ce soit dans le péplum, l'horreur gothique, le western, l'eurospy ou le giallo, Helga Liné s'est imposée par sa beauté froide et son air sophistiqué. Ce n'est donc pas étonnant si les cinéastes lui offrirent régulièrement des rôles d'intrigante.

Pour en terminer avec The Dracula Saga, on soulignera le soin apporté par Leon Klimovsky aux costumes et aux décors (le château, mais aussi l'auberge dans la première partie du film), une ambiance savamment distillée avec une tension montant crescendo, une dose d'érotisme (certaines scènes furent tournées deux fois, habillées ou déshabillées, à cause de la censure franquiste) et un final plutôt gore rappelant les grandes heures du théâtre de Grand-Guignol. Sans être un chef-d’œuvre du genre, il reste au fil des années un bon film d'horreur relativement méconnu, qui connut une sortie dvd aux États-Unis chez BCI Eclipse en 2008, mais qui n'a jamais été exploité en France.

 

 

Flint

Vote:
 
7.60/10 ( 5 Votes )
Clics: 429
0

Autres films Au hasard...