Tropique du Cancer
Titre original: Al Tropico del Cancro
Genre: Giallo
Année: 1972
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Edoardo Mulargia (sous le pseudo Edward G. Muller) et Gian Paolo Lomi
Casting:
Anthony Steffen (Antonio De Teffé), Anita Strindberg, Gabriele Tinti, Umberto Raho, Stelio Candelli, Kathryn Witt...
Aka: Violence sous les tropiques (édition tv video)
 

Le Docteur Williams (Anthony Steffen) vit à Port-au-Prince depuis plusieurs années et se consacre exclusivement à son travail à l'hôpital. Derrière sa couverture de médecin irréprochable, Williams traîne derrière lui une réputation de fabriquant de drogue. Une réputation peu flatteuse, mais qui pourrait s'avérer lucrative. En effet, le scientifique a mis au point un puissant hallucinogène à haute teneur érotique, ayant pour conséquence de transporter le sujet (ou la victime) dans un univers fantasmatique peuplé de ses désirs les plus secrets. Il va sans dire que la découverte de Williams, aidé dans ses travaux par deux assistants, est parvenue jusqu'aux oreilles d'individus peu recommandables, et prêts à tout pour acquérir la formule.

 

 

Parmi ces personnes on trouve un certain Peacock, un obèse pédophile au visage poupin, et l'une des plus grosses fortunes de l'île. Et puis aussi un dénommé Murdock, fraîchement débarqué dans la capitale accompagné d'un homme de main.
Le problème est que Williams ne veut pas vendre son invention. Il l'a cachée dans un endroit secret et prétend à qui veut l'entendre qu'il a fait table rase du passé. Désormais, seules ses fonctions de médecin à l'hôpital ont de l'importance à ses yeux. Solitaire, voire misanthrope, Williams voit débarquer un vieil ami, Fred Wright (Gabriele Tinti), venu passer ses vacances au soleil en compagnie de son épouse, Grace (Anita Strindberg). L'arrivée des Wright coïncide avec le meurtre des deux assistants de Williams, une série de règlements de comptes qui ne fait que commencer. Le climat à Port-au-Prince n'est pas seulement lourd, mais aussi oppressant, et même inquiétant avec l'omniprésence des pratiques vaudou sur l'île. Des rituels sont pratiqués très fréquemment dans des endroits publics. Et tandis que la population noire perpétue ses traditions issues de leurs ancêtres réduits en esclavage, les Blancs s'entretuent pour récupérer la drogue hallucinogène.

 

 

Edoardo Mulargia a fait une bonne partie de sa carrière dans le western spaghetti. C'est à cette période qu'il a fait connaissance avec Antonio De Teffé, le départ d'une longue collaboration entre les deux hommes, avec notamment "Shango" et "W Django". On retrouvera l'acteur dans divers genres abordés par le metteur en scène, dont deux "WIP" (Women in Prison) parmi les meilleurs jamais tournés ("Les Evadées du Camp d'Amour", et sa fausse suite : Les Tortionnaires du Camp d'Amour). Et donc ce Tropique du Cancer, unique giallo réalisé par Mulargia, qui présente la caractéristique de se passer sous le soleil d'Haïti, alors que le plus souvent les thrillers italiens avaient pour cadre une métropole européenne.


Ici, point de grisaille, de froid ou de pluie, mais une chaleur moite, et la prépondérance du culte vaudou qui a le double avantage de donner au film un côté exotique et fantastique. Aux côtés d'Antonio De Teffé, on retrouve un autre grand nom du cinéma-bis aujourd'hui disparu, lui aussi : Gabriele Tinti, qui fut pendant quinze ans le mari de Laura Gemser, la plus célèbre des Black Emanuelle. Et puis, la touche féminine est assurée par la superbe Suédoise Anita Strindberg (Your Vice is a Locked Room and only I have the Key, Qui l'a vue mourir ?, "La Queue du scorpion"). Elle illumine le film à elle toute seule, et s'il n'y avait qu'une seule scène à retenir dans Tropique du Cancer, ce serait celle où Grace Wright, après avoir respiré les fleurs d'un bouquet parfumé à l'hallucinogène, entame un délire fantasmatique visuellement splendide, et accompagné d'une formidable musique du talentueux Piero Umiliani. Une scène incroyable, qui fait inévitablement penser à la séquence d'ouverture du Venin de la Peur, où Florinda Bolkan avait elle aussi des visions érotiques, dans laquelle elle se voyait faire l'amour à ... Anita Strindberg. Nul doute qu'Edoardo Mulargia s'est inspiré du film de Lucio Fulci.

 

 

Pour le reste, on a affaire à un giallo de bonne facture, dans l'ensemble, même s'il apparaît plutôt décousu dans sa première partie. Une première demi-heure où les scènes s'enchaînent en effet avec difficulté, sans repères chronologiques, ce qui a tendance à dérouter un peu le spectateur. Mais ensuite, tout rentre dans l'ordre, dès lors que l'intrigue s'est mise en place. Tropique du Cancer est un thriller original, non seulement parce qu'il se déroule à Haïti, mais aussi dans son action, et jusqu'au final assez inattendu. Les morts violentes sont nombreuses, et certaines particulièrement horribles. Les seconds rôles brillent aussi par leur talent, notamment Umberto Raho, qui aura tourné la même année dans deux autres gialli : Amuck et Crimes of the Black Cat. Notons aussi la présence de Stelio Candelli, qui s'est fait remarquer dans Nude for Satan.
Tropique du Cancer n'est certainement pas l'un des gialli les plus connus de l'histoire du cinéma italien, mais pour son unique incursion dans ce domaine, Eduardo Mulargia a rendu une copie très honnête. Une oeuvre assez inégale, mais avec quelques scènes très marquantes.

 

 

 

Flint

 

 

En rapport avec le film :


# La fiche du Combo DVD/Blu-ray Le Chat qui Fume de Tropique du Cancer

Vote:
 
5.31/10 ( 13 Votes )
Clics: 6045

1 commentaire(s) pour cette critique

Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...