Griots Célestes 1 - Qui vient du bruit
Genre: Science-fiction
Année: 2008
Pays d'origine: France
Editeur: J'ai Lu
Collection: Science-fiction
Auteur: Pierre Bordage
 

Comme à son habitude, Pierre Bordage ne se contente pas de nous raconter une histoire. Il dépeint plutôt une fresque, une fresque humaine, dans laquelle s'entrecroisent les destins de dizaines de personnages, vouant toute tentative de résumé à l'approximation. Le rédacteur de la quatrième de couverture a eu bien du mérite, bien qu'il mette trop en valeur, à mon avis, le destin exceptionnel du personnage éponyme, au détriment de la richesse de l'oeuvre, et au mépris de la lenteur des rebondissements annoncés. Je vous la livre telle quelle :

"Enfant illégitime abandonné dans le désert de Jézomine, Qui-vient-du-bruit a grandi parmi les Skadjes, un peuple si insaisissable que certains en viennent à douter de son existence. La vie paisible que le garçon a connue jusqu'alors prend un tour inattendu le jour où son chemin croise celui de Marmat Tchalé, un Griot Céleste. Il l'ignore encore, mais il est lui aussi promis au destin exceptionnel de ces conteurs qui colportent à travers l'espace et le temps le souvenir de l'humanité. Car, dispersés sur de nombreux mondes, les hommes ont oublié que, jadis, leur espèce ne faisait qu'une et qu'ils étaient capables de voyager entre les planètes..."

De ces quelques lignes, c'est surtout la fin qu'il faut retenir. En effet, si les péripéties décrites ont bien lieu, ce résumé semble promettre un récit d'aventure au rythme enlevé. Or, la toile tissée par Bordage est bien plus complexe. Je disais "lenteur", mais les connotations péjoratives du terme troublent mon propos. On ne s'ennuie pas dans ce livre. Simplement, l'auteur s'attarde sur chacun des personnages, nous révélant, à la manière d'un Gemmell, d'un Barker ou d'un Guy Gavriel Key, comment chaque acte a ses conséquences, comment chaque être vivant est le protagoniste d'une histoire, et que toutes ces histoires se rejoignent dans le flot de l'Histoire, de la grande fresque humaine.

Ainsi, on suivra bien le parcours de Qui-vient-du-bruit, l'enfant élevé dans les sables brûlants du Mitwan. Mais il a une mère, Kaleh, et celle-ci a un frère, des amants... Tous ont une place dans la toile. L'intrigue se dévide tranquillement, au rythme des hommes et des Griots. Il s'avère que le noeud du scénario, c'est la menace que fait peser le Dragon aux plumes de Sang sur l'univers. C'est la lutte entre les forces de la création et celles du néant. Il fallait se focaliser sur les aventures de l'apprenti Griot pour parvenir à lever un coin de voile sur les puissances à l'oeuvre dans ce monde immense et multiforme.


Si le début du livre m'a paru un peu long, une fois les points-clés mis en place, j'ai été tout à fait absorbée par ce roman. Bordage fait preuve d'une grande intelligence, je dirais même d'une grande sagesse, dans ses propos et descriptions. Son style se fait l'écho de sa voix, chaleureuse et posée, la voix du conteur qui, sans fausse modestie, transmet petites et grandes histoires, révélant ses convictions par le choix des mots et des points de vue. On ne s'ennuie jamais, car les réflexions d'ordre philosophiques alternent avec des passages purement romanesques, dont la démesure ponctuelle n'est pas sans rappeler les visions hallucinatoires de Serge Brussolo. Et puis on traverse une dizaine de planètes, prétextes à aborder la fantasy comme la science-fiction sans que jamais cette diversité n'aboutisse à l'incohérence. La multiplicité des mondes et des protagonistes permet d'instaurer un suspense, d'insuffler de la vie à ce qui aurait pu n'être qu'un vaste tableau en deux dimensions. Non, s'il fallait émettre une critique négative, alors je ne ferai qu'un reproche à Pierre Bordage : le schéma narratif selon lequel à chaque chapitre correspond un personnage est un peu trop récurrent dans son oeuvre. Mais cette remarque s'applique surtout à la première partie du livre, car le rythme s'emballe par la suite, nous faisant oublier la répétitivité de ce procédé dans ces autres livres.


Vraiment, je ne peux que conseiller chaudement la lecture de ce livre, d'autant plus après la médiocre note attribuée par Zel à "L'évangile du serpent", qui je trouve, soit dit en passant, est un des meilleurs romans que j'aie jamais lus, tant par la lucidité de son propos que par la beauté de son engagement.


Note : 8/10

Kalys

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.jailu.com/

Vote:
 
7.25/10 ( 4 Votes )
Clics: 3119
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Elfes et Assassins Elfes et Assassins
Le cinquième volet de cette anthologie que Mnémos publie en partenariat avec le festival "les Imaginales" a pour thème Elfes et Assassins, deux figures class...
D'or et d'émeraude D'or et d'émeraude
Bien que natif de Colombie, Simon ne s'est jamais senti concerné par ce pays, sentant que ses véritable racines sont celles qu'il a dans son pays d'adoption...
Morts Dents Lames Morts Dents Lames
Pourquoi lire Morts dents lames aux éditions La Madolière ? Tout d'abord pour l'illustration de couverture réalisée par le talentueux Bastien Lecouffe Dehar...

Autres films Au hasard...