Maison aux fenêtres de papier, La
Genre: Fantastique , Urban Fantasy , Fantasy , Asie
Année: 2009
Pays d'origine: France
Editeur: Gallimard
Collection: Folio SF
Auteur: Thomas Day
 

Voilà un bien étrange voyage en Asie, plus particulièrement au Japon, le pays du soleil du levant et des Yakusas. Mais si ces derniers sont bien présents dans le roman, ce sont surtout de Sadako, une femme panthère, et de deux démons nés lors des explosions atomiques de Nagasaki et de Hiroshima, dont il sera question, des démons devenus chef de gang et de multinationale servant à blanchir leur argent sale. Mais il y sera aussi surtout question de la fin de leur histoire sur terre...

Le roman débute alors que Nagasaki Oni défie sa maitresse Sadako, lui donnant le moyen de le tuer grâce à l'Oni No Shi, une légendaire épée tueuse de démons. Si la Femme-Panthère ne veut point affronter  son amant au départ, elle finira par le vaincre quand elle apprendra que leur fils est encore  vivant. Elle sera ensuite bien déterminée à retrouver sa progéniture.

Mais cette dernière est désormais la propriété de son ennemi, du démon dont elle vient de tuer le frère: Nagasaki Oni. Mais elle a tout un gang à ses cotés pour l'aider, des hommes aux talents et capacités multiples qui maîtrisent l'art de tuer. Quitte à déclencher une guerre, Sadako fera tout pour retrouver son fils...


Autant le dire tout de suite,  La maison aux fenêtres de papier est un roman très violent où le sang coule beaucoup et où même les histoires d'amour sont sanglantes et immorales, telle que celle de Sadako et Nagasaki Oni commencée par un viol alors qu'elle était encore un chaton. L'histoire entre ces deux là tient d'une forme de sadomasochisme, on sent Sadako victime consentante et incapable de prendre sa revanche, même quand elle est lui offerte, et malgré la monstruosité de ce qu'il lui a fait subir, on sent que Nagasaki en est désolé, qu'il regrette d'être incapable de se contrôler...

Bref, même sans le sang, l'ambiance est plutôt malsaine, plutôt glauque... Mais on suit surtout le parcours de Sadako qui avait jusque là vécue seule sur une île et qui va se retrouver seule à la tête d'une armée et d'une société. Elle a appris à tuer mais ne connait pas grand chose concernant l'économie. Elle sera aidée en cela par Wei, un Yakusa qu'on devine secrètement amoureux d'elle, amour qu'elle lui rend peut-être.

On sent également le roman très documenté sur les Yakusas et l'histoire du Japon. Thomas Day semble d'ailleurs vouloir en faire une version officieuse, un peu comme James Ellroy a pu le faire avec American Tabloid ou Michel Pagel avec Philippe Auguste dans le Roi d'Août mais ça reste succin, ce n'est jamais vraiment développé, même si on sent qu'il y aurait des tas de choses à raconter  à ce niveau. Mais ça ne semble pas être le but de ce roman.


Mais alors quel est son but au final, on ne le sait pas trop. Raconter une histoire fantastique avec beaucoup de sang et de violence, avec une cruauté parfois à la limite de l'acceptable pour les lecteurs les plus impressionnables ? L'écrivain se donne totalement à son histoire, sans concession pour le lecteur et pour surtout ses personnages qu'il tue sans pitié.

Si vous lisez ce roman, vous entrerez dans quelque choses d'inédit, dans un monde cruel à l'atmosphère sanglante où les passages les plus troublants se succèdent et où semble régner une certaine mystagogie. Bien que le personnage principal soit une femme capable de tuer, elle parait perdue, incapable de s'en sortir seule. Mais on a également un démon qui veut faire le bien autour de lui et qui veut combattre sa véritable nature. Bref, les personnages principaux sont tous des êtres imparfaits.

Mais à cette grosse histoire, on pourra aussi préférer les deux courtes histoires qui ouvrent et ferment respectivement ce roman et qui racontent l'histoire de l'Oni No Shi. Ces deux courts récits se révèlent bien plus passionnants et émouvants que le récit principal. Rien que pour ça, le roman de Thomas Day mérite d'être lu, les amateurs de littérature transgressive devraient y trouver largement leur compte car le roman transgresse bien des lignes.


Note : 7/10

 

 Stegg

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.gallimard.fr/foliosf/

Vote:
 
7.83/10 ( 6 Votes )
Clics: 3202
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Mémoire Vagabonde Mémoire Vagabonde
A la fois écrivain, libertin et provocateur, Jaël de Kherdan a la particularité d'écrire des romans mettant sa vie en scène, mais lui-même ne semble plu...
Palace Athéna Palace Athéna
Après un New-York futuriste, Jonas Lenn nous propose de visiter Paris durant l'exposition universelle de 1889. Il y a changement de lieu donc, mais pas forc...
Stoner Road Stoner Road
Rock et littérature fantastique ont toujours fait bon ménage que ce soit avec des vampires rocker comme Lestat ou Timmy Valentine ou Metallica faisant réf...

Autres films Au hasard...