Deux espionnes avec un petit slip à fleurs
Titre original: Opalo de fuego
Genre: Erotique , Comédie , Espionnage
Année: 1978
Pays d'origine: France / Espagne / Portugal
Réalisateur: Jess Franco (sous le pseudo Dan Simon)
Casting:
Lina Romay, Nadine Pascal, Olivier Mathot, Joëlle Lequement, Claude Boisson (alias Yul Sanders), Mel Rodrigo, Susan Hemingway, Muriel Montossé...
Aka: Espionnes au soleil / El opalo negro / Mercaderes del sexo / Two Female Spies with Flowered Panties
 

Cécile et Brigitte (Lina Romay et Nadine Pascal) ont été condamnées à un an de prison à la suite d'un larcin. Dans le civil, ces deux jeunes femmes sont artistes de cabaret, se livrant à des numéros de danse et de striptease sous le nom de scène "Duo Lesbos". Pour l'heure, les voilà transférées par la police depuis une prison américaine jusqu'à un night-club où un faux inspecteur (en fait le sénateur Connolly : Olivier Mathot) leur demande de faire leur show. Après une exhibition pitoyable, Connolly leur propose une remise de peine en échange d'un service. Le duo féminin se voit proposer un contrat d'un mois dans un club de Palma de Majorque, le Flamingo. Evidemment, elles acceptent sans sourciller. En réalité, Connolly envisage d'utiliser l'une des stripteaseuses pour une mission d'espionnage. Depuis quelques mois en effet, plusieurs jeunes femmes à la fois belles et célèbres ont mystérieusement disparu dans les Iles Canaries. Plus étrange encore, il n'y a jamais eu la moindre demande de rançon, alors que les victimes semblent bien avoir été kidnappées. Connolly charge Cécile de cette mission. Elle devra surveiller une villa située en face de l'hôtel où elle résidera, et prendre des photos. En aucune façon elle ne doit mettre sa partenaire au courant. Dès qu'elle obtiendra des informations, elle devra contacter un agent en place à Palma de Majorque, un certain Milton. Mais les deux jeunes femmes ne vont pas tarder à se mettre en danger.

 

Deux espionnes avec un petit slip à fleurs" (titre génial mais mensonger : on ne voit jamais le slip en question) a été réalisé par Jesus Franco en 1978. Il s'agit là d'une année charnière dans la carrière du réalisateur puisque ce dernier vient d'achever une longue collaboration (une quinzaine de films) avec le producteur suisse-allemand Erwin C. Dietrich. Le cinéaste retourne en France et tourne coup sur coup trois longs métrages à caractère pornographique ("Elles font tout", "Je brûle de partout" et "Cocktail spécial"). Et, comme l'on revient toujours sur les lieux du crime, le bon Jess accepte une fois encore de bosser pour Marius Lesoeur. Ainsi, juste avant le célèbre et nullissime "Mondo Cannibale" tourné en 1979, Eurociné produit donc, en partenariat avec l'Espagne, ces "Deux espionnes...", qui sans être génial n'en est pas moins sympathique.
On y retrouve donc Lina Romay, inévitablement (sous le pseudo de Candy Coster), ainsi que Nadine Pascal, en terrain connu puisqu'elle avait déjà tourné en pas mal d'occasions pour Eurociné et le réalisateur espagnol, ainsi que pour Erwin Dietrich d'ailleurs (et Jean Rollin, une femme de goût décidément). Et qui dit Eurociné dit forcément les deux inséparables de la maison, à savoir Olivier Mathot, sosie de Marcel Amont, et Claude Boisson, le chauve à tout faire (capable même de jouer un indigène anthropophage avec le plus grand sérieux). Enfin, en dehors de la peu connue Joëlle Loquement (aperçue dans "Visa pour mourir" et "Brigade Call-Girls"), on notera les apparitions (dans le rôle de victimes) de Susan Hemingway et Muriel Montossé.



"Deux espionnes...", bercée par la musique jazzy toujours agréable de Daniel White, n'est pas à proprement parler une oeuvre référentielle de Jess Franco. On relève certaines longueurs, quelques passages étirés à l'excès, mais le film restera à jamais mémorable pour une scène. Celle où Lina Romay, vêtue uniquement d'un bikini et d'un bonnet de bain métallisés, tente d'échapper à ses poursuivantes, deux lesbiennes qui la traquent en hélicoptère. La vision de Lina, engoncée dans un maillot deux pièces bien trop petit pour elle, en train de courir dans le désert, slalomant entre les cactus et esquivant les rafales de mitraillettes, est tout simplement jubilatoire. Cela résume bien la marque du réalisateur, capable de sauver un film moyen grâce à un coup de génie, aussi bref soit-il. Là, en plus, on en profite au maximum, car cette poursuite dure un bon moment, et c'est un vrai régal.
En dehors de ce passage anthologique, le film alterne curieusement l'espionnage avec la comédie, et même le sordide avec quelques scènes de tortures et de viols assez gratinées que l'on n'a pas forcément l'habitude de voir chez le cinéaste. Le show au tout du début du film est particulièrement drôle tant il est pitoyable, on a rarement vu un spectacle de cabaret aussi miteux, ce qui provoque d'ailleurs cette réplique d'Olivier Mathot résumant bien la situation : C'est très édifiant !



Bon, en dehors de cela, Franco nous fait encore le coup de la tafiole de service (Milton, le contact), affuble Lina Romay d'un accent ridicule (qui varie au fil de l'histoire), et intègre dans le récit une bande de hippies post Woodstock squattant dans des grottes, abusant de tous les clichés possibles et imaginables. Dommage, parce que sinon le duo de méchants, un couple pervers incarné par Claude Boisson et Joëlle Lequement, est quant à lui fort convainquant, et donne au film un côté malsain assez inattendu. L'un se charge de kidnapper et violer les victimes, quand l'autre les fait torturer, puis les conditionne avant de les vendre à des millionnaires maniaques. Le conditionnement se fait par l'hypnose, au moyen d'une bague sertie d'une opale, d'où le titre espagnol ("Opalo de fuego").
Bien qu'inégal, "Deux espionnes avec un petit slip à fleurs" se laisse regarder. Le film renoue avec le concept du duo féminin impliqué dans une histoire d'espionnage, que Jess Franco avait déjà exploité dix ans auparavant avec Janine Reynaud et Rosanna Yanni ("Sadisterotica" et "Kiss me Monster"). Par la suite, le metteur en scène reprendra ce filon avec notamment "Les Grandes Emmerdeuses" (1974), puis plus récemment avec "Seda Roja" ("Red Silk", 1999) dans lequel Lina Romay et Christie Levin incarnent des... stripteaseuses jouant les détectives. On le connaît le bon vieux Jess, quand il tient un filon, il l'exploite bien à fond !


 

Note : 6/10

Flint
Vote:
 
6.40/10 ( 5 Votes )
Clics: 11248
0

Autres films Au hasard...