Plato's The Movie
Genre: Porno
Année: 1980
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Joe Sherman
Casting:
Seka, Lisa De Leeuw, Mike Ranger, William Margold, Becky Savage, Maria Tortuga...
Aka: Les derniers outrages / Les Voyeurs / Jouissances collectives
 

Buffy et Cindy sont chargées par leur employeur Bert Gordon, rédacteur en chef d'un magazine people, de couvrir un reportage dans un endroit select d'un genre particulier. Il s'agit du Plato's Retreat de Los Angeles, un immense complexe dédié au sexe, club échangiste luxueux dans lequel chacun serait en mesure d'assouvir ses fantasmes les plus fous. Mais le Plato's renfermerait aussi un lieu secret réservé uniquement à quelques initiés, parmi lesquels la fille du maire. Cette dernière exercerait d'ailleurs une influence sur le gérant de la boite, Roger Meade. De là à penser que le maire de Los Angeles tremperait (son biscuit ?) dans les affaires du Plato's, il n'y a qu'un pas à franchir. Ce que vont faire nos deux enquêtrices de choc, qui vont jouer évidemment de leurs charmes pour délier quelques langues, et savoir ce qui se passe vraiment dans les sombres alcôves du Plato's.

 

 

Labellisé comme un X avec en filigrane une enquête policière, "Plato's" est en réalité un porno (bas de gamme, je vous le dis tout de suite, mettant d'entrée de jeu fin à tout suspense... Ha ! ha ! vous êtes déçus... et moi donc) sans la moindre enquête, sauf lors du générique de fin, ou presque (1 mn 30 avant le début du générique pour être précis). Sachant que celui-ci dure aux alentours d'une minute, le spectateur se voit expliquer toute l'intrigue (absente jusque là) dans le temps incroyable de 2 min 25, record à battre. Tout cela pour nous balancer une série d'inepties, un salmigondis de coups de théâtre incohérents, et ajoutant de ce fait une pointe de confusion à une intrigue qui nageait jusque là dans un océan de tranquillité, voire d'ennui.
Oui, parce qu'avant de m'accuser d'être un hypocrite, et d'affirmer qu'un film de cul c'est avant tout conçu pour montrer des... (censuré) et des... (censuré), sachez que dans "Plato's" on n'est pas vraiment gâtés dans ce registre, non plus.

 

 

Comme son nom l'indique, le noeud de l'histoire a pour cadre un bordel quatre étoiles, un club échangiste hyper select. Hélas, une bonne partie du film se résume à un catalogue touristique du lieu. Joe Sherman, le réalisateur, n'a pas blindé son scénario, s'étendant un temps infiniment long sur les diverses activités proposées par le club : son jacuzzi, son bar, le dancing, les alcôves, les douches, les chiottes (ah non, pas les chiottes). Le tout assaisonné de la musique des Bee Gees, époque Stayin'Alive (Ah, ha, ha, ha, stayin' alive, stayin' alive...), où l'on reconnaît également le If I can't have you chanté par Yvonne Elliman.


L'autre gros problème, c'est que dans un club échangiste, il fait très sombre. Il faut bien respecter l'intimité de chacun, après tout, même lorsqu'on participe au jeu de la pyramide humaine, une variante originale de la classique partouze sur canapé ou tapis. Bref, il fait très sombre. Du coup, on voit très mal, par moments, ce qui se passe. Parfois, on ne voit même rien du tout. Aurions-nous pénétré par mégarde dans le fondement d'un participant ? Non, rassurons-nous, on finit enfin par distinguer des corps enlacés... Beuuurk ! Mais qui est cette moche à lunettes faisant une gâterie à un Bill Margold tellement inspiré qu'on a l'impression qu'il fait son tiercé. Ah non, il monte la dame, finalement, qui a toutefois un joli postérieur, comme dirait Gérard Blanchard (mais je m'égare).

 

 

Des actrices moches ou quelconques, on en verra d'autres, et encore plus d'acteurs très laids, ventripotents, etc.
Bon, Seka et Lisa De Leeuw (hello De Leeuw, au passage) sont très jolies, mais elles ne sont pas vraiment mises en valeur, ce qui est une honte. Rayon hommes, seul l'élégant Mike Ranger est à sauver du naufrage. Cet acteur "classieux", aux allures de gendre idéal, a exploité ses attributs dans des oeuvres comme "Dracula Sucks", l'excellent "Taboo", mais aussi Aunt Peg et "Insatiable". En ce qui concerne nos charmantes enquêtrices, Seka la blonde platine jouait Ultra Flesh dans le film éponyme, et retrouvera Ranger avec sa belle paire dans "Dracula Sucks". On annonce même son retour en 2013 dans un thriller horrifique, "Cold Plastic" qui, outre Seka, regrouperait également d'autres ex-stars du X comme le phénoménal Ron Jeremy, mais également Chasey Lain et peut-être Sunset Thomas.


Enfin, pour tous ceux qui aiment la regrettée Lisa De Leeuw, rouquine pourvue de véritables obus (elle aurait été une héroïne rêvée dans un Russ Meyer), oubliez ce "Plato's", et rabattez-vous plutôt sur des films comme "October Silk", 800 Fantasy Lane, "Las Vegas Maniacs" (avec son inoubliable scène de dominatrice) et bien sûr le très bon Amanda by Night.

A propos du réalisateur, Joe Sherman, on peut dire qu'il n'aura pas laissé une carte de visite flamboyante : une demi-douzaine de titres au compteur, et rien de bien reluisant, à part, peut-être "The Blonde Next Door". Tiens curieusement, ce devait être le prochain titre à sortir chez Wild Side dans cette collection sur l'âge d'or du X américain. On attendait aussi, dans la foulée, "Deep Rub" et "Easy Alice" avec la divine Annette Haven, et "Talk Dirty to Me" avec la troublante Jessie St James. Tout cela pour dire que finir cette collection avec "Plato's" laisse comme un goût amer, un sentiment... comment dire... de coïtus interromptus.

 

 

En résumé, "Plato's ne restera pas dans les annales du X. Tout juste retiendra-t-on quelques rares images, comme celles de ces deux flics à poil ayant gardé leur casquette et leur ceinture, tachant de prouver qu'on peut avoir la trique avec une matraque, ou celle de ces trois-quatre figurants se trémoussant, à poil aussi, sur la piste de danse au son du disco. Le sexe est triste, les bites gisent...

Note : 4/10

 

Flint


En rapport avec le film :

# Le dvd Wild Side de Plato's The Movie

Vote:
 
5.00/10 ( 4 Votes )
Clics: 7053
0

Autres films Au hasard...