Assaut sur la ville
Titre original: Napoli spara
Genre: Poliziesco
Année: 1977
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Mario Caiano
Casting:
Leonard Mann, Henry Silva, Evelyn Stewart, Jeff Blynn, Massimo Deda, Adolfo Lastretti...
 

Le commissaire Belli (Leonard Mann), nouveau à Naples, tente de mettre fin à la criminalité qui gangrène la ville. Il a quelqu'un dans sa cible : Santoro (Silva), gangster qui ne recule devant aucun cadavre pour se faire de l'argent...
Voilà un film qui a dû embêter la mairie napolitaine en son temps : l'image de la ville est vraiment souillée dans ce polar qui nous expose une ville où on risque sa peau, sa voiture, la vie de son gosse à chaque coin de rue ! Plus qu'un film c'est une succession quasi-ininterrompue d'agressions, de braquages, de courses-poursuites à laquelle on assiste, la majorité des scènes sont bien filmées, originales (mouais je m'emballe peut-être là... ) et font qu'on s'amuse comme des petits fous !

 

 

C'est pas tant l'action qui donne sa vigueur au film mais son côté latin, ce qui ici veut dire sadique : les femmes enceintes se prennent des coups de pied dans le ventre pour rien, des automobilistes parfaitement innocents sont projetés dans un ravin par un camion conduit par un truand (Caiano insiste sur cette scène pour révolter le public italien d'alors, mais aujourd'hui encore la scène a son impact), les flics, les truands, les passants se font dessouder pour un oui ou un non, les gosses sont menacés au couteau devant les parents qui doivent filer leur pognon pour garder en vie leur progéniture, des loubards barbus avec des chaînes de vélo (typiquement 70's) tiennent les rues bref, on sent que le réalisateur, romain d'origine, a une bien piètre image de Naples, comme beaucoup d'italiens du nord.
Mais comme pour s'assurer qu'il pourra rentrer chez lui et après revenir en vacances dans le sud, Caiano tente - je dis bien tente - de donner une bonne image de la mafia napolitaine : le commissaire Belli sauve sans le faire exprès son ennemi Santoro qui plus tard le lui rendra, ce qui donne un côté "homme d'honneur" au gangster Henry Silva voulu par le réal, assez classe ; tandis qu'une autre histoire parallèle au récit narre un pédophile qui après avoir essayé de kidnapper une gamine est castré en prison par les membres du milieu. Bah oui les mafieux haïssent plus que tout les violeurs d'enfants, eux ce sont des hors-la-loi mais ils ont une morale.

 

 

Aussi Caiano n'oublie pas qu'il a réalisé L'oeil du labyrinthe six ans auparavant et que le public des années 1970 est friand de scènes horrifiques : ainsi il nous concocte une décapitation avec un fil de fer tendu au beau milieu de la route dont fera les frais un motard, agent de police à ses heures. Napoli spara se veut une suite plus ou moins (in)directe du percutant Napoli violenta ("Opération casseurs" en France) tourné un an plus tôt par Lenzi avec Maurizio Merli dans le fameux rôle du commissaire Betti (ici c'est Belli, pour ceux qui suivent pas) : les brigades spéciales sont encore en activité, le petit Gennaro est toujours présent et déconne avec Leonard Mann (tout pâlot malgré le cigare qu'il se colle à la bouche), d'ailleurs le récit fait vaguement allusion au commissaire Betti lors d'une discussion entre le commissaire et le gosse.
En plus d'être un bon petit polar nerveux qu'Henry Silva honore de sa présence et une visite touristique d'une ville qui ne l'est pas vraiment ici, Napoli spara est un témoignage de ce qu'est le cinoche italien d'exploitation des 70's, et ce grâce à sa fin : le dernier plan nous montre le gamin Gennaro - que le réalisateur prend bien plaisir à nous faire s'attacher à lui - tué par une balle perdue. Un final désespéré, inimaginable dans le cinéma américain. L'année 1977 fait de ce film un des derniers grands "polars spaghetti" car fidèle au genre, un genre qui finira un peu avant le début de la décennie 80.

 

 

Xawa
Vote:
 
7.84/10 ( 32 Votes )
Clics: 5091
0

Autres films Au hasard...