Guerre des gangs à Okinawa
Titre original: Bakuto Gaijin Butai
Genre: Yakuza , Polar
Année: 1971
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Kinji Fukasaku
Casting:
Koji Tsuruta, Noboru Ando, Kenji Imai, Kenjiro Morokado, Tomisaburo Wakayama , Rinichi Yamamoto...
 

Après dix ans de taule, Gunji, ex-chef du gang Hamamura, retrouve deux de ses fidèles. Ceux-ci lui racontent la dissolution de leur clan, suite de la guerre contre celui d'Oba, ce même affrontement qui le mena tout droit en prison. Ils lui racontent aussi la façon dont les derniers membres Hamamura végètent aujourd'hui, assez minablement. Il décide alors de repartir de zéro, de remonter un clan avec ceux qui le souhaitent et de suivre sa propre voie, celle d'un homme debout et qui "a du cran" (on le lui fait souvent remarquer).

 

 

Comme les places sont prises à Yokohama, ils s'envolent pour Okinawa, encore occupée par les Américains et où les affaires se font à l'ancienne. Ce sont donc 6 hommes décidés qui débarquent sur les docks de leur nouvelle terre promise et, après un round d'observation, s'engagent dans un bras de fer mortel avec des plus gros et des plus forts qu'eux.
Dans les coups de poker tentés par Gunji, son sens du bluff, sa volonté inflexible et l'aide d'un ancien adversaire aujourd'hui allié sont d'un précieux secours et instillent le doute dans l'esprit de l'ennemi. Au besoin, il n'hésite pas à faire le coup de feu, le coup de poing, voire à planter un poignard dans le coeur d'un rival, en pleine négociation. Souvent en riposte cependant et en tout cas jamais dans le dos.

 

 

On le voit, Gunji est un gangster à l'ancienne, un homme de principes, droit et intègre dans son domaine. Ne quittant presque jamais ses lunettes de soleil et son costume-cravate, il impressionne par sa présence et son charisme, son jusqu'au-boutisme et son absence de vanité.
Dans sa lutte pour se faire un nouveau territoire, il arrive même à gagner le respect de Yonabal, le redoutable caïd manchot et balafré de Kosa, qui essaie de placer son frère impulsif et brutal à Okinawa.
Si son héros est un homme debout, l'un des derniers dans son style, Kinji Fukasaku adopte, pour raconter son histoire, un rythme et un style résolument modernes. Filmés très près du corps, avec des mouvements de caméra parfois décalés, des gros plans, des arrêts sur image justifiés, sur des musiques jazzy et dans un montage dynamique, ses yakuzas crèvent l'écran. Leurs histoires d'alliances, d'allégeances ou de vengeances, leurs luttes pour une partie des docks, leurs batailles pour la main-mise sur le trafic de whisky, culminent dans des séquences souvent brèves, toujours violentes, brutales et passionnantes.

 

 

Avec "Guerre des gangs à Okinawa", Fukasaku dresse le portrait de bandits d'honneur inflexibles et droits, dépeint une espèce en voie de disparition : des hommes impitoyables et prêts à tout, engagés dans une spirale violente et de plus en plus rapide vers un dénouement forcément décisif et sans échappatoire.

 

Note : 9/10

 

Bigbonn
Vote:
 
8.17/10 ( 6 Votes )
Clics: 4165
0

Autres films Au hasard...