Malédiction des grands fonds, La
Titre original: Kaitei daisenso
Genre: Science fiction , Horreur
Année: 1966
Pays d'origine: Japon / Italie / Etats-Unis
Réalisateur: Hajime Sato
Casting:
Sonny Chiba, Mike Daneen, Franz Gruber, Hans Horneff, Peggy Neal, Erik Neilson...
 

Lors de la démonstration d'un nouveau type de torpille, une étrange forme humanoïde apparaît à l'écran de contrôle et, à leur lancée, les deux missiles téléguidés sont détruits en pleine course.
Deux journalistes, présents lors de la démonstration, veulent en avoir le coeur net, et partent à la chasse de cette étrange "forme".

 


La malédiction des grands fonds démarre ainsi, et va vite se poser là en une oeuvre insoupçonnable pour tout amateur de délire cinématographique en tout genre.
En effet, nous découvrirons au fils des images les monstres marins les plus mal fichus de l'histoire du cinoche de série B. Ceux-ci sont d'un grotesque effarant, les costumes sont d'un niais exemplaire (plissant par endroits, laissant découvrir les coutures et en y faisant gaffe, les fermetures éclaires !), mais le plus drôle est leur tronche inoubliable !
Une bonne grosse tête grise métallisée illuminée par de grands yeux au strabisme convergent, qui en ferait pâlir Dalida herself !!Le tout mâtiné d'une distribution faite de cabots ridicules et d'acteurs monolithiques de derrière les fagots.
Heureusement, on retrouve avec une joie non dissimulée l'immense Sonny Chiba dans un premier rôle molasson et sans grand intérêt, mais une fois de plus l'incontournable Sonny tire son épingle du jeu grâce à son charisme impérissable (hum hum). Ce qui n'est pas le cas de sa partenaire, potiche blonde de service aux expressions aussi variées que le nombre de neurones que vous perdrez en essayant de suivre ce délicieux navet.

 


Les péripéties des deux acolytes journalistes faits prisonniers par le méchant savant fou qui fabrique ses monstres frôlent le jubilatoire. Le méchant est vraiment méchant, comme on les aime, la vraie teigne de série B par excellence. Sans scrupules, vaniteux et mu par la seule envie de diriger le mooooonde gniak gniak gniak !!! (oups).
Naviguant dans les eaux troubles du fantastique et de la S.F., La malédiction des grands fonds offre de sacrés moments de bravoure : des décors marins filmés en aquariums, des maquettes d'installations sous-marines et de sous-marins stupéfiantes et des effets spéciaux apocalyptiques rendent le métrage indispensable à tous ceux qui désirent se fendre la poire devant un gros ovni invraisemblable. Mention spéciale à cette incroyable séquence où un être humain se transforme en cyborg (ainsi appelé par le savant belliqueux), on a droit à un plan en image par image où une espèce de gélatine recouvre d'abord les membres de la victime, le tout recouvert ensuite d'écailles; enfin, ce qui est censé représenter des écailles et qui ressemble plus à des morceaux de cartons découpés ! Trois minutes uniques et qui marquent à jamais de leur trace indélébile l'histoire du cinéma de genre...
Incontournable donc !! (Ou à éviter absolument, selon ses humeurs vis à vis du navet hors catégorie).

 

 

Nickbur
Vote:
 
4.00/10 ( 3 Votes )
Clics: 3057
0

Autres films Au hasard...