Passion du Christ, La
Titre original: The passion of the Christ
Genre: Historique
Année: 2004
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Mel Gibson
Casting:
James Caviezel, Maia Morgenstern, Hristo Jivkov, Francesco De Vito, Monica Bellucci...
 

Ha ha ha je les entends déjà hurler les aigris bisseux qui traînent par ici ;
- Qu'est-ce qu'il vient foutre ici ce film, c'est pas le genre de la maison !
Et moi de répondre dans un élan lyrique appuyé :
- Halte à la critique facile bande de manants, La passion du Christ est bel et bien une véritable psychovision !
- Ouais c'est ça, vas-y défends ton propos, assume les conséquences de tes paroles audacieuses !
- Eh bien c'est ce que je vais faire et vous allez pleurer une fois que j'en aurai fini !

 



Sorti en grande pompe et faisant un maximum de bruit en 2004, le film de Mel Gibson met donc en scène les derniers jours du barbu le plus célèbre de la création. Au programme : trahisons, sévices, tortures, lâchetés, paroles d'Evangiles (ouais, je sais, elle est facile celle-là)... Forcément, l'histoire, on la connaît, on se doute bien que le paquebot va foncer dans un iceberg et couler... Merde, je m'embrouille là... Bref, l'histoire on la connaît...

A priori, pourquoi pas, un énième film sur Jésus, ses apôtres, sa mère, les méchants romains, et tous les intervenants du chapitre ultime de la vie du prophète. Mais voilà, derrière les manettes il y a un Mel Gibson qui a définitivement pété les plombs. Il est bien loin le temps où, bardé de cuir, il niquait du punk dégénéré dans Mad Max. Aujourd'hui, il se sent l'envie de diffuser la bonne parole à travers sa vision toute personnelle de la Passion.
Le résultat ? Un grand n'importe quoi qui frise le jubilatoire, voire le cinéma d'exploitation des 70's ! Comment ça j'exagère ? Comment définir alors un film complètement décomplexé, qui n'hésite pas à faire preuve d'une complaisance malsaine dans la torture, dans le gore limite outrancier ? Bref dans une totale surenchère à tout point de vue. Gibson ne souligne pas le propos, mais appuie si fort le trait qu'il en déchire la feuille.

 


Tout cela pourrait encore être tolérable si le tout n'était pas si maladroit. Il abuse des ralentis, cadre n'importe comment des plans pourtant classiques et ose un parti pris tellement extrême que l'ensemble sombre très vite dans la gaudriole limite, dans le Grand Guignol ! Fortiche pour un film biblique non ?
La direction d'acteurs est lamentable, la majorité du casting se force à la sobriété d'où un jeu d'acteurs quasi inexistant ou un cabotinage propre à des acteurs débutants.
Ok, je reconnais, la critique est facile, mais croyez-moi, malgré ses inénarrables défauts, La passion du Christ est un spectacle très plaisant pour qui sait le voir avec les yeux bien en face des trous.
Le métrage est fabuleusement jouissif ! Comme on peut les aimer quand on a un esprit plutôt mal tourné. En faisant la part des choses (ou oublie le côté historico-religieux ; finalement on s'en fout), il reste un film raté certes, mais ô combien décalé.
Une totale cruauté, froide et gratuite, un plaisir honteux dans des scènes de tortures sanglantes et une galerie de personnages complètement folle (Hérode en drag queen directement sorti du "Rocky Horror Picture Show", une Marie anémique, des méchants très méchants, le mal représenté par une espèce de tantouze inexpressive etc).

 


Même si la totalité du film n'est pas supportable, on retiendra quand même quelques scènes d'anthologie, comme Judas coursé par une myriade d'enfants monstrueux. La destruction du temple (on n'a pas fait pire depuis une quarantaine d'années). La crucifixion interminable, qui frise le voyeurisme.
En gros, je n'essaye pas de vous convaincre de vous mater le bébé de Mel Crazy Gibson, mais si vous vous y risquez, je vous souhaite bien du plaisir.

 

Nickbur
Vote:
 
7.36/10 ( 14 Votes )
Clics: 3331

2 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...