Zatoichi (2003)
Titre original: Zatôichi
Genre: Chambara
Année: 2003
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Takeshi Kitano
Casting:
Takeshi Kitano, Tadanobu Asano, Michiyo Ogusu, Gadarukanaru Taka...
 

Zatoichi est un masseur aveugle qui chemine sur les écrans japonais depuis plusieurs décennies, occupant ses métrages à déambuler à travers le pays et à pourfendre, quand l'occasion s'y prête, l'une ou l'autre crapule.
En 2003, c'est Takeshi Kitano qui reprend le flambeau pour une version réactualisée de cette légende nippone, même si elle se passe toujours au 19ème siècle. Dès le début, Zatoichi fait preuve de son habileté légendaire au maniement du sabre en étripant quelques malfrats dont la maladresse presque comique semblait pourtant compensée par le nombre.
Les séquences suivantes nous présentent d'autres personnages qui croiseront la route du masseur, dont un ronin tueur à gages, deux geishas itinérantes et criminelles, un tavernier voûté et son vieux serveur, ou une vendeuse ambulante et plus toute jeune qui se prendra d'affection pour cet aveugle peu bavard et au visage parcouru de tics, mais serviable et respectueux.

 

 

Joueur, Zatoichi rencontrera aussi son neveu (celui de la femme hein ! pas le sien !) dans une maison de jeu et lui fera une démonstration virtuose du jeu à l'oreille. Tous ces personnages qui croisent dans les mêmes parages et se confrontent à leur passé, dans un climat sombre de violence larvée explosant par à coups dans des séquences sanglantes, finiront par se rencontrer pour s'allier ou se battre.

L'attrait du film vient de cette construction progressive des personnages et du récit, de ce mélange subtil d'histoires croisées, souvent tragiques (un coup de sabre est rarement oecuménique) mais agrémentées de pointes d'humour parfaitement intégrées et d'une musique qui accompagne les acteurs jusqu'à s'inviter dans le film.

 

 

Kitano ose d'ailleurs une séquence finale dansée que je trouve, personnellement, de trop, mais que beaucoup m'ont dit avoir particulièrement aimée.

A l'exception de ce final un peu too much, un très bon film, à la brutalité certaine, contrebalancée par une bonne humeur épisodique aussi réjouissante qu'apaisante.

 

Note : 8/10

 

Bigbonn

A propos du film :

 

# Lion d'argent - Meilleur réalisateur au Festival de Venise 2003.

 

En rapport avec le film :

# La critique du film Zatoïchi - Le masseur aveugle

# La critique du film Zatoïchi - Mort ou vif

# La critique du film Zatoïchi - Voyage meurtrier

# La critique du film Zatoïchi - Voyage en enfer

# La critique du film Zatoïchi - Le justicier

# La critique du film Zatoïchi - Route sanglante

# La critique du film Zatoïchi - Le défi

# La critique du film Zatoïchi - Les tambours de la colère

# La critique du film Zatoichi contre Yojimbo

# La critique du film Le shogun de l'ombre (Zatoichi 21)

# La critique du film Zatoichi contre le sabreur manchot (Zatoichi 22)

 

#  La critique du film Voyage à Shiobara (Zatoichi 23)

 

# La critique de Zatoichi, la blessure - (24)

Vote:
 
8.13/10 ( 15 Votes )
Clics: 5150
0

Autres films Au hasard...