[M] [Critique] Trois milliards d'un coup - 1967

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16015
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Nov 28, 2018 7:03 am    Sujet du message: [M] [Critique] Trois milliards d'un coup - 1967 Répondre en citant





Trois milliards d'un coup - 1967
(Robbery)

Origine : Royaume-Uni
Genre : Action / Thriller / Polar

Réalisé par Peter Yates
Avec Stanley Baker, James Booth, Frank Finlay, Barry Foster, Joanna Pettet, George Sewell...






Pour pouvoir financer le hold-up du train postal Glasgow-Londres, Paul Clifton dérobe un bijou de 75.000 £. Puis il exécute le coup avec des complices soigneusement recrutés...






On a souvent tendance à oublier que Peter Yates est un réalisateur non pas américain, mais britannique, chose logique au regard de sa carrière, en grande partie "américaine". Mais Robbery est, à la base, une idée d'adaptation due au producteur Michael Deeley, qui connaîtra peu après un joli succès avec "The Italian Job" (L'or se barre, 1969) et son vol de transports de fonds. Ce dernier, avant de récidiver dans un genre similaire, vient d'acquérir les droits du roman "Great Train Robbery", écrit en 1963 par Peta Fordham et s'inspirant de ce vol réel, resté légendaire, quoique un peu oublié aujourd'hui. Stanley Baker est alors approché et accepte de financer en grande partie le film, via la Baker's Oakhurst Productions. Yates étant aussi à l'origine du projet qui lui tient à cœur, il reste aux commandes et le tournage peut commencer. Ce dernier opte pour un parti-pris réaliste et, du coup, tourne en plein centre de Londres (Trafalgar Square, Little Venice...). C'est là du reste qu'est tournée l'incroyable poursuite en voiture qui suit le casse en préambule. Mais, et c'est l'une des grandes forces de ce Trois milliards d'un coup, les trois-quarts du film sont donc tournés en extérieurs. La scène où le gang se réunit pour planifier le grand "vol" dans le stade de Leyton, où a lieu en arrière-plan un véritable match de foot, le braquage étant quant à lui shooté à Leicestershire. Enfin, concernant la prison ici-présente, c'est celle d'Arbor Hill, à Dublin.






À l'arrivée, Robbery ne cassera pas de briques outre-mesure au box-office. Bien accueilli par la critique, il fait recette en Grande-Bretagne mais est, selon Peter Yates, mal exploité aux États-Unis. Malgré un succès commercial mitigé, il sera surtout, peu après, le tremplin à la carrière du réalisateur puisque, montré au producteur Philip D'Antoni (Police Puissance 7) et à l'acteur Steve McQueen, Robbery convaincra l'acteur au point de valider Yates comme réalisateur de "Bullit". La suite de la carrière de Yates, on la connait, c'est "Les Quatre Malfrats", "Les Copains d'Eddie Coyle", Les Grands fonds, "L'Œil du témoin", "Une femme en péril" et quelques autres bobines, certes inégales, mais formant à l'arrivée une œuvre plus qu'honnête. Quant à Robbery, il aura tendance à se faire oublier le temps passant et ce n'est qu'en 2008 qu'il sera exhumé en dvd, puis remasterisé en 2015 avant une sortie en blu-ray. Il demeure cependant singulièrement inédit sur support physique en France (à l'exception du format VHS).

Mais revenons-en au contenu...
Robbery retrace donc la préparation et l'exécution du "hold-up du siècle" : l'attaque du train postal Glasgow-Londres et s'inspire donc de faits réels. Du coup on peut spoiler. Ah bah non ! Disons simplement que lorsque vous entendez dans un film un personnage déclarer "...qu'il ne retournera pas en prison", en général il se fait tuer à la fin. Là, ce n'est pas tout à fait le cas. Mais peu importe, l'intérêt de Robbery n'est pas là...






... Non, l'intérêt de Trois milliards d'un coup, outre son réalisme quasi documentaire déjà évoqué, est son incroyable sécheresse. À ce sujet, il est intéressant de noter que le scénario, pour le vol du train, repose sur les véritables témoignages des tribunaux, le reste brodant de manière plus fictive autour de ce morceau de bravoure cinématographique. Une autre de ses qualités est, qu'en dépit d'un aspect légèrement romancé, jamais Robbery ne se permet de glorifier ni de porter un jugement moral sur ses personnages. C'est au spectateur de le faire, tant et si bien que, loin d'être idéalisés, ce même spectateur se retrouve le témoin d'actes plus ou moins contestables (dans leur course-poursuite initiale, nos braqueurs ne semblent par exemple pas étouffés par les scrupules d'écraser qui que ce soit se trouvant sur leur route) mais est également pris à revers, souhaitant que leur coup réussisse.

Il faut dire que les acteurs s'y montrent particulièrement convaincants et Stanley Baker ("Zoulou", "Les Canons de Navarone ", La Dernière grenade, Le Venin de la peur...) aidé par Frank Finlay (The Deadly Bees, Twisted Nerve, Ni la mer, ni le sable, La Cible hurlante, Meurtre par décret, Lifeforce etc. etc.), Barry Foster (présent lui aussi dans Twisted Nerve mais aussi dans l'excellent "Frenzy") et William Marlowe (plus affilié au séries télé) forment un quatuor remarquable de braqueurs. Ils y sont parfaitement aidés par une Joanna Pettet (Welcome to Arrow Beach, Le Couloir de la mort...) plus en retrait, et parfaitement contrés par le non moins excellent James Booth (qui se fera plus tard scénariste, notamment pour "Sunburn", American Warrior II ou "American Ninja 4"), ici en inspecteur de police perspicace et tenace.





Il y a bien d'autres acteurs-piliers du cinéma britannique dans Robbery et l'on pourrait citer également George Sewell, Glynn Edwards (décédé en mai 2018), tout comme on pourrait mentionner le fait que Vanessa Redgrave a décliné le rôle d'épouse de Baker, que Jason Robards a tourné plusieurs scènes qui n'ont finalement pas été retenues ou encore que le vétéran George Raft devait participer au projet mais en fut empêché car interdit de séjour en Angleterre, en raison de ses liens notoires avec la mafia (et en dépit d'une salle de jeu lui appartenant sur le territoire britannique). Mais concluons en rajoutant que Robbery, qui bénéficie d'une sublime photographie de Douglas Slocombe ("The Servant", "Le Cirque des horreurs", Hurler de peur, Le Bal de vampires - on le retrouvera d'ailleurs sur le déjà cité "The Italian Job" ainsi que sur "La Guerre de Murphy" du même Peter Yates) - et d'une efficace partition signée Johnny Keating, est non seulement un petit modèle de film de casse mais probablement, en plus, le meilleur film de son réalisateur. La relative confidentialité dans laquelle il reste encore confiné à ce jour n'en est que plus injuste.






En rapport avec le film :

# Robert Powell faisant ses tout débuts à l'écran, dans un rôle de figuration (3 secondes) :


_________________


Dernière édition par mallox le Dim Mar 10, 2019 1:49 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4395

MessagePosté le: Mer Nov 28, 2018 7:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

enaccord8
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8815
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Sam Mar 09, 2019 4:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chouette critique, beau casting. Le film mériterait à coup sûr de sortir de l'oubli.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media