Critiques par genre Humour | Fantasy Annales du Disque-Monde 1, Les - La Huitième couleur
Liste alphabétique Derniers ajouts Plus regardés Mieux notés
Annales du Disque-Monde 1, Les - La Huitième couleur
Titre original: The Colour of Magic
Genre: Humour , Fantasy
Année: 1983
Pays d'origine: Angleterre
Editeur: Pocket
Collection: Fantasy
Auteur: Terry Pratchett
Traducteur:
Patrick Coulon
 

Bienvenus sur le Disque-Monde, la seule sphère habitée et portée dans l'univers à dos de tortue stellaire, la grande A'Tuin, qui elle-même porte sur son dos quatre éléphants géants, qui eux-mêmes portent le Disque sur lequel se déroule cette histoire.
Bienvenus dans l'univers déjanté de Terry Pratchett dont le roman La huitième couleur inaugure les Annales du Disque-Monde qui est en aujourd'hui à son vingt-huitième tome (vingt six en traduction française) pour le plus grand bonheur de ses fans toujours plus nombreux dans le monde entier.
Comme l'indique le titre original de cette première visite sur le Disque, nous allons donc parler de magie. Et plus précisément de la couleur de la magie : l'octarine, la huitième couleur, mélange indéfinissable de bons nombres des nôtres, celle qui apparaît dès qu'il y a de l'occultisme dans l'air.
Et la magie, ce sont les mages qui la pratiquent (et aussi les sorcières comme nous le verrons plus tard, mais là n'est pas encore le problème). Mais pour la pratiquer correctement, on attend d'eux qu'ils réussissent brillamment leurs examens à l'Université de l'Invisible, condition sine qua non pour être reconnu dans la profession. Et c'est là que le bât blesse pour Rincevent, mage s'il en est, du moins dans la parure, car le hic, c'est qu'il n'a jamais pu parvenir à retenir un seul sortilège durant toutes ses années de formation à l'université.
Mais attention, pas seulement par pure bêtise ou complète inaptitude, non, non, mais plutôt par la faute de l'un des neufs plus grands sortilèges de toute la création du Disque qui n'a rien trouvé de mieux que de se loger dans sa tête et de n'en plus bouger. Pourtant, il était bien dans son In-Octavo, le livre magique sensé les contenir tous les neufs, mais non, le huitième sortilège a décidé de bondir dans la tête du malheureux Rincevent et depuis ce jour, celui-ci ne peut plus retenir aucun autre sortilège, aucune autre incantation. Plus assez de place dans son esprit, paraît-il...

Alors imaginez la tête de notre mage raté lorsque débarque dans sa ville d'Ankh-Morpork, un étranger venu de très loin sur le Disque. Un petit homme bizarre venu découvrir du pays, plein aux as, curieux de tout et armé d'un étrange appareil à dessiner des paysages qui ressemble très fort à ce que nous appelons chez nous un appareil photo (certes, le petit diablotin peintre en moins). Un touriste. Du jamais vu à Ankh-Morpok ! Un touriste venu voir du "pittoresque" et du "folklorique" et qui commet l'imprudence d'embaucher Rincevent comme guide durant la durée de son séjour.
Et du pittoresque, il va en voir, croyez-moi ! D'autant plus que, fait non négligeable, le touriste est accompagné d'un Bagage magique monté sur des centaines de petites jambes qui le suivrait jusqu'entre les morts s'il le fallait (et il le faudra d'ailleurs très certainement) et qui a la très mauvaise manie de montrer des dents et d'engloutir quiconque a le malheur de l'approcher d'un peu trop près.
Vous l'aurez donc compris, La huitième couleur ne ressemble à rien de ce que vous avez pu lire auparavant dans le domaine de la fantasy. Pourtant, tout y est : des mages, des trolls, des voleurs, des guerriers, des vierges en détresse, etc. Mais pourtant, il y a comme un petit quelque chose qui a ici un goût de jamais vu : une pointe d'ironie et de dérision, une louchée d'humour potache et une pincé de parodie, peut-être...
Toujours est-il que La huitième couleur est irrésistible. Les personnages sont vraiment très drôles, extrêmement sympathiques et jamais caricaturaux. Les situations sont cocasses et le style est enlevé, jubilatoire. Pratchett connaît son domaine et son sujet et il en joue avec maestria : il détourne pour notre plus grand plaisir les codes de la Fantasy et s'empare avec humour aussi bien de ses travers que de ses qualités et inaugure ainsi le style de la Light Fantasy.
Et en effet, c'est très léger. Ici, rien ne viendra vous donner une migraine à force de spéculations métaphysiques sur les potentialités de notre univers, rien ne vous empêchera de dormir en vous faisant vous retourner sans fin dans votre lit, hanté par la vision cauchemardesque d'une créature terrorisante. Non. Mais en échange, vous passerez un bon moment. Un vrai moment de détente où l'on ne demande rien d'autre qu'à se laisser emporter par les aventures délirantes des héros et à se réjouir des bons mots de Terry Pratchett.
C'est sûr, si vous recherchez de la littérature intellectuelle, passez votre chemin. Quoique... Humour et légèreté ne riment pas ici forcément avec stupidité car derrière les apparences drolatiques se cachent en fait une grande connaissance de toutes les littératures de l'imaginaire et un véritable talent de créateur de monde. La parodie et l'humour sont des arts à part entière et il serait impossible, que l'on aime ou non cette littérature, de nier à Terry Pratchett un grand talent de conteur et d'humoriste.
Alors si un jour de grande déprime vous broyez du noir, au lieu de ruminer jetez-vous sur les Annales du Disque-Monde : elles devraient au moins vous arracher un sourire et cela, c'est déjà beaucoup...

Note : 7,5/10

Chaperon Rouge

Vote:
 
8.00/10 ( 8 Votes )
Clics: 3196

1 commentaire(s) pour cette critique

Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Royaumes Crépusculaires, Les Royaumes Crépusculaires, Les
Lorsque j'étais gamin et qu'un livre me plaisait vraiment, je trouvais tous les subterfuges possibles et imaginables pour continuer ma lecture, aller au bout...
Alice au pays des merveilles Alice au pays des merveilles
  On ne présente plus le chef-d'oeuvre de Lewis Caroll et le texte, source inépuisable d'inventivité, de jeux avec le langage, de multiples degrés de lect...
Europole - Guide de résistance dans la titanopole rétrofuturiste Europole - Guide de résistance dans la titanopole rétrofuturiste
A l'instar des romans "Nephilim" ou "Abyme", ce livre est tiré d'un jeu de rôle créée par la société Multisim. Cet univers qui avait donné jour au roma...

Autres films Au hasard...