Chat Noir et autres Contes, Le
Titre original: The Black Cat
Genre: Fantastique , Classiques
Année: 1853
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Le Chat Rouge
Collection: La Merveille
Auteur: Edgar Allan Poe
Traducteur:
Félicien Val. Inspiré par Théophile Alexandre Steinlein
 

Le présent recueil comporte les nouvelles suivantes :

 

Le chat noir.

la chute de la maison Ussher.

Le masque de Mort Rouge.

Metzengerstein.

Ligeia.

Une postface de Gerald Duchemin

 

Que raconte un chat rouge, lorsqu'il rencontre un chat noir ? Et bien des histoires fantastiques et extraordinaires bien sûr, à la manière d'Edgard Allan Poe !

Classiques parmi les classiques, mille fois étudiés, cent fois disséqués, les contes de Poe sont comme autant de cadavres encore chauds et toujours on y revient car il s'agit sans doute du plus grand auteur de nouvelles fantastiques qui soit. Alors quel intérêt me direz vous, y a-t-il aujourd'hui à re-re-re publier Poe ? Les universitaires ont leurs bouquins de la Pléiade, usés jusqu'à la lie et les meilleurs traductions qui soient. Les autres collectionnent les ouvrages du maître religieusement et certains mêmes sont capables de vous réciter des passages entiers. Si, si, je vous assure j'en connais... Mais j'en connais d'autres encore qui, noyés sous les productions nouvelles, oublient peu à peu, ou n'ont tout simplement pas lu celui qui est le plus grand auteur de nouvelles étranges et extraordinaires qui soit ! C'est à eux que s'adresse en priorité ce très joli ouvrage publié au Chat Rouge, qui nous propose cinq nouvelles et un superbe texte sur l'histoire du chat noir écrit par Gerald Duchemin ! Rien que pour ce dernier texte et si vous connaissez déjà bien Poe, courrez acheter ce livre !


Si aujourd'hui on me demandait quels sont mes auteurs fantastiques préférés, sans aucun doute que dans cette liste se trouverait en très bonne place Edgard Allan Poe. Un amour qui remonte à ma première rencontre avec cet auteur, c'est-à -dire son "double assassinat dans la rue Morgue". Cette nouvelle ne figure pas dans l'ouvrage, l'éditeur préférant nous présenter ici des textes plus sombres et moins "rationnels". Ainsi donc, Poe est un des auteurs que j'admire le plus mais en même temps il fait partie de ces auteurs qui vous habitent mais que l'on ne lit plus, qui sont là , que l'on n'oublie pas mais que l'on ne lit plus autant qu'avant. Et c'est là qu'intervient ce petit ouvrage du Chat Rouge, qui nous fait alors goûter (regoûter) à cette saveur noire et sombre qu'est l'écriture de Poe. Une piqure de rappel en quelque sorte. Je vous jure que j'avais presque oublié le délire superbe, certainement une crise de délirium du maître, qu'est "Ligeia", la mort qui s'invite, qui hante, la perte, un bout de la vie de Poe, tout un style, tout une élégance morbide. En publiant à nouveau ici des nouvelles de Poe, Le chat rouge, éditeur à soutenir absolument, nous permet à nouveau de goûter à ce poison superbe qu'est le conte à la Poe. En discutant d'ailleurs avec d'autres lecteurs d'imaginaire, peut-être un peu plus jeune ou un peu moins aventureux, je me suis rendu compte que les classiques n'étaient pas toujours les plus lus. Comment leur en vouloir, quant on voit tous les ouvrages modernes publiés et pour la plupart excellents ? Mais ne boudons pas notre plaisir et plongeons nous un peu dans ce fabuleux dédale obscure que nous offre l'ange noir.

Une chose est sûre, c'est que Poe est un habitué de la mort, elle l'a visité bon nombre de fois, trop de fois, faisant de lui tour à tour un orphelin, un veuf et un alcoolique mangeur d'opium. Il la connaît cette cruelle compagne et tous ces écrits la racontent, la mettent en scène. Dans "la chute de la maison Usher" elle est présente dès la description du personnage, elle est là dans les âmes, maladies mentales et bientôt elle possède les corps. Je n'ai pas eu la chance d'étudier Poe ni en français, ni dans le texte, et je ne me lancerais pas dans une analyse (et d'ailleurs je me fiche des analyses) mais il est évident que pour moi, il s'agit du plus beau texte de Poe, du fait de ses descriptions superbes, du ton employé par l'auteur, de la finesse de son analyse et de la poésie morbide qui s'en dégage ! Un chef-d'oeuvre que je suis heureux de redécouvrir ici, un miracle de la littérature fantastique !

La mort toujours chez Poe, la mort qui habita trop sa vie, porte parfois un masque, comme dans cette nouvelle, "Le Masque de la Mort Rouge", mise en scène d'un bal macabre, ou au milieu des dorures un masque avance. Un masque ? Pas si sûr ! Et si la cruelle faucheuse avançait sans masque au milieu des humains masqués, comme si la mort, elle, était incapable de mentir, incapable de se cacher ! "Le masque de la mort Rouge" est certainement l'une des nouvelles que je préfère de Poe, une des nouvelles que préfère Stephen King puisqu'à partir de ce texte sublime il écrivit Shinning ! Comme si la querelle des anciens et des modernes n'avaient pas lieu d'être dans le fantastique... Un petit ouvrage, cinq nouvelles et voilà tout ce qui en découle ! Fabuleux n'est ce pas ? Quel plaisir nous offre Le chat rouge en nous présentant cet autre "matou" noir, noir comme la mort, noir comme la nuit et ses mystères. Mystères ? Non, car Poe la bien compris, la cruauté n'est pas du côté des animaux, elle est humaine (humain, trop humain !). "Le chat noir", nouvelle type, véritable étendard de l'art de Poe, superbe de finesse, de justesse, de subtilité et de cruauté. Avec ce texte, un autre texte, d'un écrivain contemporain cette fois, et quel écrivain, certainement l'un des plus grands de notre époque : Gerald Duchemin. Un texte qui ne se veut pas analytique et pédant car même quand il écrit sur les autres, l'auteur sait garder sa plume intacte de vivacité et de justesse, mais bien plutôt une explication sur le chat et plus particulièrement le chat noir, un texte qui nous éclaire sur les origines des superstitions et donc sur le texte de Poe.


Si au début on peut s'interroger sur le pourquoi de republier du Poe, au final on a compris : un bel ouvrage pour un auteur fabuleux, la possibilité de redécouvrir ou de découvrir ce que l'on peut appeler un classique avec un nouvel éclairage. Le chat Rouge (éditeur qui doit d'ailleurs son nom à sa passion pour Poe !) nous offre alors un petit livre "pense bête", comme se fut le cas aussi pour cet autre auteur génial qu'est Jean Lorrain et sa Mandragore . La qualité de l'ouvrage est aussi celle que l'on ressent quand on le tient en main, petit livre qui fait ancien, au papier superbe qui semble nous inviter à plonger dans d'autres temps, dans une autre époque, plus décadente, plus sombre, bref celle de l'ange de la nuit, celle de Poe ! Si vous voulez découvrir, ou redécouvrir Poe c'est ici qu'il faut aller et si vous voulez aller plus loin dans la redécouverte des classiques, c'est vers le chat rouge qu'il faut absolument se diriger, entre absinthe et noirceur, cet éditeur d'exception (oui car il faut oser publier ce qu'il publie !) devrait vous ravir le coeur ! A suivre et à soutenir !!

 

Note: 10/10

Le Cimmerien

Vote:
 
8.29/10 ( 83 Votes )
Clics: 7406
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Fées, Weed et Guillotines Fées, Weed et Guillotines
Après une petite mésaventure durant la révolution française, une fée revient dans notre monde afin d'en retrouver d'autres et fait pour cela appel à un ...
Integrale Z Integrale Z
A l'occasion de la sortie du film, Orbit nous propose une intégrale de Max Brooks qui réunit donc "World War Z", quatre nouvelles inédites et "Guide de...
Empire brisé 1, L' : Le Prince écorché  Empire brisé 1, L' : Le Prince écorché
  Pour qualifier "le prince écorché", Stephane Marsan, directeur éditorial chez Bragelonne, parle de "coup de poignard" ou de "coup de poing" plutôt que d...

Autres films Au hasard...