Cité des monstres, La
Titre original: Freaked
Genre: Comédie , Fantastique
Année: 1993
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Tom Stern et Alex Winter
Casting:
Alex Winter, Randy Quaid, William Sadler, Megan Ward, Michael Stoyanov, Mr. T., Brooke Shields...
 

Dans son show télévisé, Brooke Shields reçoit Ricky Coogan, ex-star du petit écran via des séries à succès. Tandis qu'elle est dans la lumière des projecteurs, Coogan reste dans l'ombre, et sa silhouette difforme laisse imaginer le monstre qu'il est devenu au point d'effrayer les enfants et même les adultes. Brooke Shields l'invite donc à raconter son histoire, pour que la vérité soit dite et qu'il puisse retrouver une certaine dignité...

C'est ainsi que l'on apprend que Ricky Coogan s'est compromis avec la multinationale EES et son dirigeant décomplexé et sans tabou (pour reprendre des termes euphémisants et à la mode, dont se targuent en général les adeptes bon teint du « tout pour ma gueule, les autres peuvent crever ») : il a en effet été embauché pour aller vanter, en Amérique du sud, les mérites d'un engrais interdit aux Etats-Unis et en Europe pour sa dangerosité et ses effets désastreux : le Zygrot-24. Et, s'il était un peu réticent au départ, étant donné la réputation de poison industriel du produit en question, le chèque de 5 millions de dollars mis sur la table le convainc rapidement de son innocuité...

 

 

Arrivé sur place, il tombe sur une manif et dans les bras de Julie, jeune et jolie protestataire qu'il charme en se déguisant en blessé grave (proche de la momie). A trois - car Coogan est toujours accompagné d'un fidèle ami-associé- ils partent en jeep vers Santa Flan et tombent en cours de route sur un parc d'attraction baptisé Freek Land (sic) où ils décident de s'arrêter. Mal leur en prend. Tenu par un Monsieur Loyal barbichu au rire de savant fou, Elijah Skuggs, ils finissent par rejoindre la galerie de monstres qu'ils désiraient voir, transformés eux-mêmes en freaks par l'application du pesticide honni à même la peau...

L'homme-ver, l'homme-nez, l'homme-chaussette (!), l'homme-grenouille, l'homme-vache, l'homme-chien et, pour ceux qui trouveraient que cela manque de représentantes du sexe dit faible : la femme à barbe (incarnée par Mr. T !!!) se voient ainsi rejoints par un couple de siamois et par Ricky devenu une sorte de Gremlin géant.

 

 

Si tout cela semble un peu délirant, rassurez-vous, ça l'est effectivement. Le film commence un peu comme une comédie pour ados, avec ses deux héros potaches passant leur temps à vanner lourdement, puis tourne assez rapidement à l'absurde dans l'avion (on peut penser aux ZAZ et même au 4ème épisode de La quatrième dimension, le segment réalisé par George Miller, lors d'un gag-hommage). Un peu léger scénaristiquement, le film ne sombre cependant jamais dans l'inconsistant, porté par la folie plastique de ses freaks, oeuvres du japonais Joji Tani, plus connu sous le nom de Screaming Mad George.

Son génie créatif est mis au service du film et renforce celui-ci. Son talent (déjà démontré sur le très moyen Society, qu'il rehaussait largement par ses créatures partouzardes et fusionnelles) rejoint les idées un peu folles des deux scénaristes-réalisateurs, Tom Stern et Alex Winter (rejoints par Tim Burns à l'écriture), et participe grandement à l'humour du film. Chacun aura ses préférences, moi j'aime beaucoup l'homme-nez, Cyrano quintuple XL, dont le tarin géant ne l'empêche pas de se déguiser en... gorille pour participer à la monstrueuse parade devant le public !

 

 

Ajoutez-y Randy Quaid en démiurge frappadingue d'un parc d'attractions tout à sa gloire (les décors sont assez réussis et, notamment, ce très beau buste géant et tournant capable de vous fusiller – ou plutôt mitrailler – littéralement du regard...) et vous obtiendrez là un cocktail réjouissant et qui sort très nettement de l'ordinaire. La cité des monstres est donc une curiosité très sympathique et plutôt réussie. Si vous passez par Santa Flan, faites-un détour par le Freek Land !

Bigbonn

Vote:
 
7.38/10 ( 8 Votes )
Clics: 5252

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...