Cat, The
Titre original: Lao mao
Genre: Science fiction , Horreur , Fantastique
Année: 1992
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Nam Nai Choi
Casting:
Waise Lee, Gloria Yip, Christine Ng, Philip Kwok, Siu-Ming Lau...
 

Un général se faisant arracher la queue puis se la voyant réajustée par une jolie fille, il n'y a qu'à Hong-Kong qu'on pouvait voir ça. Et si le général en question est un chat, extraterrestre qui plus est, ça ne pouvait être que dans un film de Nam Nai Choi (ou Ngai Kai Lam ou Simon Nam ou l'un de ses autres pseudos). Que ce chat venu de l'espace se retrouve confronté ensuite à un bon gros toutou bien de chez nous (tendance molosse quand même, faut pas déconner), et leur combat vire au délire et au trépidant pendant plus de cinq minutes, mélange de figures acrobatiques de sports de combats, de coups de griffes et de dents, maelström d'images mixant le réel et l'animation à base de grosses peluches, lutte absurde pendant laquelle tous les coups seront permis, même les plus bas, comme celui-dit de l'essuie-glace (qui consiste tout simplement à actionner un essuie-glace pour essuie-glacer son adversaire canin, il fallait y penser).
Et s'il n'y avait que ça à être bien allumé dans le film mais non, il est presque totalement construit comme une spirale vers l'absolu bisseux (d'où un résultat à la fois dantesque et quand même bien ridicule par moments), jusqu'à mettre ses principaux protagonistes (dont ce brave chat noir) face à un tueur extraterrestre devenu une espèce de blob immense à visage humain puis monstrueux façon craignos.

 

 

Tout commence avec un écrivain qu'on imagine prolifique, vu le nombre de livres posés sur son bureau, et très populaire, puisque habitant un appartement avec piscine en haut d'un immeuble. Un scribouillard qui, pour répondre à des lecteurs se demandant où il trouve ses idées, se lance dans cette histoire "qui lui est arrivée", cette rencontre du troisième type ou plutôt du troisième chat, d'abord douloureuse puis amicale.
Tandis qu'il fait ami-ami avec les aliens débonnaires et plutôt cools (surtout la jeune fille au sourire encore enfantin), notre auteur à succès ne sait pas qu'un de ses meilleurs potes, flic de son état, se fait absorber par le méchant gélatineux qui adopte sa forme corporelle pour mieux passer inaperçu. Quasi-indestructible et surarmé, à l'image d'un Terminator quelconque, l'inspecteur Harry venu de l'espace ne craint ni l'eau ni le feu, bien décidé à occire cette saloperie de général à poil long qui le nargue en lui échappant encore et toujours.
Mais au fait, que viennent donc foutre sur Terre ces aliens belliqueux ? Ils sont à la recherche des octogones, des objets sensés donner la puissance suffisante à celui qui les manie pour vaincre tout adversaire, même très redoutable. Eh oui, il fallait y penser...

 

 

Nam Nai Choi, on l'aime bien, que ce soit pour Erotic Ghost Story, The Seventh Curse ou Her Vengeance, mais là il nous plante un peu au début du film, avec son entrée en matière bateau (l'écrivain qui raconte une histoire qui lui est arrivée) et des personnages mal interprétés ou tout simplement mal écrits (dont un gros un peu ridicule mais surtout sonnant faux, dans ses gestes et ses dialogues). Malgré l'une ou l'autre image choc dont il a le secret (un clochard possédé par le spatial-killer et se transformant en masse gélatineuse et gloutonne, notamment), on décroche vite, très vite même, de cette intrigue bidon et mal fagotée. Très premier degré, l'évocation d'un chat extraterrestre ne semble pas surprendre grand-monde, par exemple, dans ce Hong-Kong superstitieux. Qu'on décide de lui opposer un chien pour stopper ses agissements apparaît comme tout naturel. Et qu'un écrivain se retrouve associée à une jeune fille riant de petits jeux innocents (comme de voler pour se poser sur une antenne de télévision par exemple) pour lutter contre un tueur impitoyable et tout le monde a l'air bien content.

 

 

Tout le monde sauf moi, donc, déçu par l'entame, pas totalement convaincu par l'opposition chien / chat, et un peu distancé par tout ce petit monde et par leurs aventures. Ok, le duel animal, c'est quelque chose. Plutôt sympa et marrant, ça reste néanmoins assez pauvre et finalement trop peu imaginatif alors que la durée aurait dû permettre d'aller plus loin. Ok aussi pour entrer dans une histoire qui en vaut a priori une autre mais qui sent quand même plus le frelaté que la sueur des scénaristes. Tout à fait d'accord pour exploiter à fond les idées des uns et des autres mais il faut reconnaître que les effets spéciaux ne tiennent pas toujours la route. Bien sûr, c'est aussi ce qui fait une part de charme de ce film, comme ce monstre grotesque de la toute fin où, après avoir fait penser à The Thing ou au Blob, Nam Nai Choi nous fait soudain penser à ces réalisateurs américains fauchés des fifties mettant en scène des monstres de l'espace tous plus beaux et ridicules les uns que les autres.


En fait, c'est pas désagréable mais le début est vraiment trop mauvais pour qu'on ne fasse pas un peu le difficile ensuite, et c'est vrai qu'il faut attendre la rencontre entre le petit félin et le gros chien pour qu'enfin le film décolle un peu. Restent beaucoup d'images folles et parfois à côté de la plaque, des effets pour l'effet, des scènes improbables, des risques insensés (pour que le tueur extraterrestre traverse un mur de feu, l'acteur-cascadeur a dû avoir les sourcils quelque peu cramés...), un univers unique en son genre mais beaucoup moins cohérent et maîtrisé que dans "La légende du phénix" par exemple, du même auteur, dans lequel on retrouve d'ailleurs la jeune Gloria Yip, à peine 20 ans à l'époque et qu'on retrouvera aux côtés d'un certain Ricky... Pas déconseillé, donc, mais pas non plus aussi enthousiasmant qu'on pouvait l'espérer.

 

 

Bigbonn

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche dvd Metropilitan FilmExport de The Cat

Vote:
 
5.67/10 ( 3 Votes )
Clics: 3493
0

Autres films Au hasard...