I love snuff
Genre: Porno , Trash
Année: 1995
Pays d'origine: France
Réalisateur: Jean Louis Costes & Yves Pierog
Casting:
Jean Louis Costes, Anzagoth, Pascal Keller, Rose...
 

Un couple (une maîtresse SM et son esclave plus précisément) enlève leur voisine pour en tirer une rançon auprès de son compagnon. Malheureusement pour les deux kidnappeurs, les cassettes vidéo montrant les sévices subits par sa conjointe est la seule chose qui l'excite. Alors, plutôt que de se soumettre aux désirs des ravisseurs, il attend avec impatience la prochaine...

 


Jean Louis Costes, provocateur de son état, campe ici le rôle du travelo sadique, sorte d'esclave sexuel à la merci de sa maîtresse. Celle-ci lui fait subir les plus outrageantes humiliations, mais au final pour le plaisir des deux pervers. Entre autres, Costes se prostituera, se fera pisser dessus, chiera comme un chien dans la rue... le tout, bien entendu, totalement assumé, et absolument pas suggéré, comme à son habitude, Costes se filme en train de chier ou de se faire sodomiser en gros plan, de s'auto-fister et autres joyeusetés du genre avec une complaisance étonnante.


I love snuff ne brille pas par sa réalisation, puisqu'on rejoint ici l'ultra underground fauché, qui n'a que pour seul but de choquer. Filmé à l'arrache en vidéo avec son direct, on se retrouve souvent dans une cacophonie inaudible qui donne assez vite mal au crâne. Les performeurs jouent plutôt mal, mais ça n'a aucune importance, l'intérêt (si je puis dire) ne se situe pas là, mais plutôt dans une recherche absolue de l'outrance. A priori pourquoi pas ! Seulement voilà, impossible de comprendre où Costes veut en venir, excepté le côté extrême des séquences de sévices ou d'humiliations il n'y a rien d'autre que du vide, un vide sidéral que rien ne comble.

 


On pourrait donc en conclure que I love snuff est dénué de tout intérêt. Que nenni, ses abus en tous genres le rendent indispensable à tout pervers qui sommeil en nous. Le réalisateur brise tous les tabous du sexe et de la violence à l'écran, et rien que pour ça I love snuff a le mérite d'exister.


Oubliez tout ce que vous avez vu jusqu'à présent, les "Nekromantik" ou autre I piss on your grave ne sont autre que de tendres poèmes à coté de cet ovni. Une expérience parfois lourde à digérer et uniquement réservée à un public extrêmement averti mais qui ne laissera pas indifférent. De là à dire que l'on peut "aimer" ce genre de performance, je ne m'y risquerai pas. Je dirai juste que la curiosité n'est pas un si vilain défaut que ça.

 

 

Nickbur
A propos du film :

# Jean Louis Costes se produit très régulièrement dans des performances artistico trash, sur scène il déploie toujours les mêmes armes : sexe, scatologie, violence... ses performances et ses interventions de quelles qu'elles soient sont toujours sources de controverses et d'ambiguïtés. Souvent il est accusé de tous les vices. Mais faut-il vraiment creuser et chercher à comprendre les méandres de son "art" ? Pas sûr, et surtout sans importance.
Vote:
 
5.09/10 ( 23 Votes )
Clics: 12270

3 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...