Carnival of Souls
Genre: Epouvante
Année: 1962
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Herk Harvey
Casting:
Candace Hilligoss, Frances Feist, Sidney Berger, Art Ellison, Stan Levitt...
 

Après une course de voitures entre filles et garçons qui se termine mal, la voiture des premières arrachant la balustrade d'un pont pour finir sa course dans une rivière boueuse et à fort courant, Mary Henry, la seule survivante, plonge progressivement dans une réalité décalée et surnaturelle. Organiste d'église, elle quitte sa petite ville en promettant de ne jamais y revenir. Sur sa route vers une autre cité où une place l'attend pour exercer son art, elle est victime d'une apparition aussi brève qu'effrayante : tandis qu'elle roule, le reflet de son visage dans la vitre est soudain remplacé par celui d'un homme au visage fantomatique.

 

 

Rapidement, Mary se retrouve confrontée à d'autres "rencontres" dont elle ne sait trop que penser et qui semblent vouloir l'attirer vers un lieu déserté, ancien parc d'attractions aujourd'hui abandonné des vivants. Des vivants oui, mais des morts ?
Petit à petit, une angoisse diffuse s'instille dans les veines de Mary et dans celles du spectateur, craignant et désirant à la fois de croiser la route des fruits hallucinatoires de son imagination (comme le pense le Dr. Samuels qui met tout sur le dos du choc émotionnel de l'accident initial), de ces personnages issus d'une réalité différente ou d'un au-delà qui semble vouloir surgir dans le réel de notre monde.
Rares sont les films d'épouvante réussis, Carnival of Souls en fait partie. Ménageant ses effets, laissant planer les doutes sur l'origine et la nature des habitants occasionnels de la rotonde, hommes et femmes livides aux yeux noircis de khôl, il ne donne pas non plus d'explications directes à ce qui arrive à Mary. Tout ce que l'on sait d'elle, c'est qu'elle est une personne rationnelle et prête à affronter ses peurs, une jeune femme plutôt asociale et détachée des hommes et qui ne considère son travail d'organiste que comme un métier, sans y mettre de foi, même si le pasteur dit qu'elle sait parler aux âmes.

 

 

A chacun de se débrouiller avec ces éléments épars qui provoquent ce glissement subtil dans l'effroi jusqu'à une sarabande infernale et tétanisante au cœur d'un lieu lugubre aussi bien qu'attirant, prélude à deux séquences finales ouvrant encore vers d'autres perspectives...

Note : 9/10

 

Bigbonn

 

 

En rapport avec le film :

# La fiche dvd Wild Side Le carnaval des âmes

# La fiche dvd Artus Films de Le Carnaval des âmes

 

Vote:
 
8.68/10 ( 34 Votes )
Clics: 4806

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...