Dernières News

Euro Bis 18

News image

Ce 18ème numéro est disponible depuis peu : on y retrouve, outre un dossier sur Tony Wright, des interviews de troisièmes, voire de quatrièmes couteaux...

Zines | 18 Septembre

Vidéotopsie 15

News image

Quant on connait la rigueur et l'érudition de son rédacteur en chef, on peut s'attendre à un sommaire tout ce qu'il y a de plus... vicieux. Attention : Annie Belle inside.

Zines | 17 Septembre

Festival de l'Absurde Séance : 6ème édition

News image

Une édition qui s'annonce riche et variée et qui se déroulera du 8 au 11 octobre prochain au cinéma Le Katorza de Nantes...

Evénements | 16 Septembre

Dans la chaleur… du Centre Pompidou

News image

Les occasions de voir un (bon) film X sur grand écran se font rares, raison de plus de se précipiter le samedi 4 octobre 2014, à 17h00 au Centre Pompidou Paris...

Evénements | 11 Septembre

L'arche De Monsieur Servadac en dvd

News image

Voici ce petit classique signé Karel Zeman qui sort en dvd le 18 septembre chez HK Editions...

Sorties Dvd | 10 Septembre

Adjust Your Tracking chez The Ecstasy of Films...

News image

Il s'agit d'un docu sur la VHS et les collectionneurs du format. En précommande mais dispo officiellement le 29 octobre, c'est à ne pas louper...

Sorties Dvd | 7 Septembre

Jean Rollin sans fin
Écrit par Valor / Mallox   

Petit extrait de "Dialogues sans fin" de Jean Rollin et quelques lignes rédigées après ce qui devait être sa dernière apparition publique le 18 novembre 2010.

 

Un extrait, juste un extrait. Inutile de s'appesantir sur la triste nouvelle, de nous mettre nous-même en avant par rapport à un décès, et quitte à verser dans le sentimentalisme, rappelons-nous juste de beaux souvenirs...

 

Coucher de soleil photographié par Valor sur la plage de Pourville-les-Dieppe, l’un des lieux de tournage préférés de Jean Rollin.

 

"C’était la nuit, et c’était le silence. De temps en temps, comme un écho lointain qui cherche à se faire jour, remonte, remonte de très loin, semblait lui parvenir ce qui était peut-être le bruit sourd de la mer et du vent mêlés.

Puis le silence revenait. Installé dans ce silence et cette nuit, il se tenait debout, sans souvenir, sans identité même, comme une absence d’être. Seul l’inexplicable fait d’être en vie l’habitait. L’oubli était devenu ce silence lui-même.

Cette personne debout, ici, la nuit, en silence, qui est-ce ? Ce personnage qui ne se connaît plus marche tout à coup, mains tendues comme un aveugle et ses doigts saisissent un tissu. Ce sont des rideaux. Avec ses deux mains, ses deux bras tendus, il les ouvre, et une lumière de pénombre entre par la fenêtre que cachaient les rideaux. C’est la lueur de la nuit du dehors, la nuit illuminée d’une grande ville, révélant la pièce dans laquelle le personnage se trouve. Il ferme les yeux : il faut que tout disparaisse. Il ne doit rien rester. Ni de lui, ni de ses rêves, de ces images qui hantent et constituent l’assemblage énigmatique de ces dialogues sans fin...

Il faut que tout disparaisse. Il ne doit rien rester.

Et le feu central qui brûle dans sa tête réduit soudain en cendres toutes ses visions intérieures que le vent du dedans éparpille au large !"



Merci pour tout Jean.

Une pensée particulière pour Gabrielle Rollin.

 

----

 

* Interview de Jean Rollin lors du 7eme salon des éditeurs indépendants en novembre 2009.

 

* La soirée du 17 septembre à la cinémathèque

 

* L'interview du 25 septembre 2010 à la boutique Movie 20000

 

* Le Masque de la Méduse

 

* Le 18 novembre 2010 chez HORS-CIRCUIT autour d'un apéro