Dernières News

Venin en dvd

News image

C'est chez Sidonis Calysta que sortira en juin cette rencontre d'orvets entre Klaus Kinski et Oliver Reed...

Sorties Dvd | 21 Mai

Fin de saisons du plaisir

News image

L'absurde séance souhaite vous faire part de son programme de fin de saison : trois films sur deux séances à ne pas rater...

Evénements | 19 Mai

William Castle en librairie le 4 juin

News image

Les mémoires de William Castle, Comment j'ai terrifié l'Amérique, paraîtront le mois prochain aux éditions Capricci...

Zines | 14 Mai

Hammer Forever 39 bientôt dispo

News image

Grand retour du fanzine 100% Hammer, petit frère de Médusa, qui, après 38 numéros entre octobre 1997 et 2001, revient dans une nouvelle formule tout couleurs...

Zines | 12 Mai

Moi, fleur bleue en dvd

News image

Toujours chez LCJ, avant La Main noire de Pax Pécas, était sorti ce film ultra rare, uniquement édité en VHS dans les années 80...

Sorties Dvd | 7 Mai

La Main Noire chez LCJ

News image

Après Claude et Greta, Je suis une nymphomane, Club privé pour couples avertis, Sexuellement votre et Luxure, voici qu'une oeuvre au noir signée Max Pecas vient tout juste de sortir chez LCJ...

Sorties Dvd | 5 Mai

Jean Rollin sans fin
Écrit par Valor / Mallox   

15 décembre 2010 : petit extrait de "Dialogues sans fin" de Jean Rollin et quelques lignes rédigées après ce qui devait être sa dernière apparition publique le 18 novembre 2010.

 

Juste un extrait. Inutile de s'appesantir sur la triste nouvelle, de nous mettre nous-même en avant par rapport à ce décès, et quitte à verser dans le sentimentalisme, rappelons-nous juste de beaux souvenirs...

 

Coucher de soleil photographié par Valor sur la plage de Pourville-les-Dieppe, l’un des lieux de tournage préférés de Jean Rollin.

 

"C’était la nuit, et c’était le silence. De temps en temps, comme un écho lointain qui cherche à se faire jour, remonte, remonte de très loin, semblait lui parvenir ce qui était peut-être le bruit sourd de la mer et du vent mêlés.

Puis le silence revenait. Installé dans ce silence et cette nuit, il se tenait debout, sans souvenir, sans identité même, comme une absence d’être. Seul l’inexplicable fait d’être en vie l’habitait. L’oubli était devenu ce silence lui-même.

Cette personne debout, ici, la nuit, en silence, qui est-ce ? Ce personnage qui ne se connaît plus marche tout à coup, mains tendues comme un aveugle et ses doigts saisissent un tissu. Ce sont des rideaux. Avec ses deux mains, ses deux bras tendus, il les ouvre, et une lumière de pénombre entre par la fenêtre que cachaient les rideaux. C’est la lueur de la nuit du dehors, la nuit illuminée d’une grande ville, révélant la pièce dans laquelle le personnage se trouve. Il ferme les yeux : il faut que tout disparaisse. Il ne doit rien rester. Ni de lui, ni de ses rêves, de ces images qui hantent et constituent l’assemblage énigmatique de ces dialogues sans fin...

Il faut que tout disparaisse. Il ne doit rien rester.

Et le feu central qui brûle dans sa tête réduit soudain en cendres toutes ses visions intérieures que le vent du dedans éparpille au large !"



Merci pour tout Jean.

Une pensée particulière pour Gabrielle Rollin.

 

----

 

* Interview de Jean Rollin lors du 7eme salon des éditeurs indépendants en novembre 2009.

 

* La soirée du 17 septembre à la cinémathèque

 

* L'interview du 25 septembre 2010 à la boutique Movie 20000

 

* Le Masque de la Méduse

 

* Le 18 novembre 2010 chez HORS-CIRCUIT autour d'un apéro