Human Centipede, The (First Sequence)
Genre: Horreur , Thriller , Drame
Année: 2009
Pays d'origine: Pays-Bas
Réalisateur: Tom Six
Casting:
Dieter Laser, Ashley C. Williams, Ashlynn Yennie, Akihiro Kitamura, Andreas Leupold, Peter Blankenstein...
 

Les films d'horreur que nous connaissons et aimons tous suivent généralement le même et sempiternel schéma : des protagonistes sont confrontés à une sombre menace et, au terme de l'histoire, très peu d'entre eux s'en sortent...
Si l'historique du genre repose sur quelques oeuvres fortes qui ont marqué et balisé ce courant, citons "Psychose" (1960), "La dernière maison sur la gauche" (1973), "Massacre à la tronçonneuse" (1974), "Les griffes de la nuit" (1983), et plus récemment "Hostel" (2005), le schéma reste identique et seuls les talents derrière la caméra, l'imagination et les variations de la menace changent.

Ce genre, hautement codifié, se renouvelle en définitif assez peu mais chaque fan attend, quand même et malgré tout, qu'une oeuvre originale se démarque du lot et amène du sang neuf. Voilà que "The Human Centipede" vient justement changer cette donne...

 



"The Human Centipede" est un film d'horreur qui date de 2009. Il est réalisé par un jeune talent prometteur, le hollandais Tom Six, dont "The Human Centipede" est déjà son quatrième film. Un film assez choquant, vous ne pourrez qu'en convenir à la lecture de son sujet.
Deux jeunes américaines, Linsday et Jenny, sont perdues sur une petite route d‘Europe, leur voiture étant en panne. Elles marchent donc dans les bois, la route leur paraissant peu sûre et leur portable ne passant pas. Elles finissent par trouver, après une longue et épuisante marche, une maison isolée nommée "Les trois chiens".
Sur place, elles sont accueillies par le propriétaire, un homme très étrange et peu sociable, le Dr Heiter. Celui-ci leur donne à boire et il leur explique, en spécifiant qu'il n'aime pas le genre humain, qu'il était encore, il y a peu, un grand chirurgien dont la spécialité consistait à séparer les enfants siamois.
Mais leur breuvage est drogué, et Jenny et Linsday se réveillent attachées à des lits hospitaliers, dans le sous-sol de la maison du docteur, avec un troisième larron. Elles constituent une aubaine pour le Dr Heiter qui leur explique le but de sa grande oeuvre : réaliser un "mille-pattes" humain, en les liant tous les trois !

 

 

C'est donc ce qu'il fera, après avoir remplacé le premier candidat mâle par un nouveau, japonais. Linsday tentera de s'enfuir mais le Dr Heiter, pour la punir, la mettra au centre de cet improbable assemblage humain, qui verra finalement le jour pour le plus grand malheur de ses membres, ô combien non volontaires ! Mais le tourbillon de l'horreur ne s'arrêtera pas là !
"The Human Centipede" est un film choc, un vrai ! Il réaffirme la fonction première du film d'horreur : choquer ! De ce point de vue-là, cette oeuvre s'acquitte fort bien de sa fonction. L'idée de lier ensemble des êtres humains est une infamie sans nom. Evoquer cette idée donne froid dans le dos, la voir réalisée est incroyable. Aussi, "The Human Centipede" repousse naturellement les limites de l'horreur à l'écran. Jusque là, vous pouviez être pourchassé par le pire des tueurs qui vous peut vous torturer puis vous tuer de manière atroce pour enfin vous manger.
Désormais, avec "The Human Centipede", un chirurgien totalement aliéné vous regarde comme un sujet d'expérimentation, pour faire de vous une aberration intégrale qui fera de votre corps votre propre prison...
Totalement fou comme concept ? Des "médecins" nazis s'étaient déjà livré à de telles expérimentations pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Japonais firent de même avec le tristement célèbre "Camp 731" et "Autopsy", un film d'horreur allemand (2008) traitant d'une secte "anti-Hippocrate" qui fait fi des considérations éthiques...
Donc, Tom Six ne fait qu'exagérer une idée préexistante pour en faire quelque chose de... sacrément déviant !
Le ressort horrifique de "The Human Centipede" est donc l'inhumanité la plus totale. C'est très éprouvant émotionnellement !

 

 

Il convient également de saluer l'autre révélation du film, outre Tom Six, l'acteur Dieter Laser, qui nous offre une composition de médecin déviant fou, halluciné, totalement ravagé par la volonté de mener à bien son expérience.
Dieter Laser est brillant. Il réussit, avec sa seule interprétation, à faire de son personnage le plus mémorable des savants fous, alors que Jeffrey Combs, depuis "Reanimator" et son personnage d'Herbert West, était le grand gagnant du titre.
Dieter Laser fait peur dans le rôle de ce personnage pour qui toute considération envers l'être humain s'est effacée depuis bien longtemps, pour ne voir en lui qu'un sujet clinique !
Son talent de réalisateur est d'ailleurs déjà affirmé.
Si l'action et les décors sont très limités, de même que le nombre des protagonistes, "The Human Centipede" ne suscite jamais l'ennui, que ce soit dans ses trois phases : l'implication très involontaire des protagonistes dans l'expérience, les résultats de l'expérience elle-même, puis le dénouement, assez pertinent.
Il y a peut-être une petite longueur lorsque le personnage de Linsday tente de s'échapper, mais ceci est totalement pardonnable tant on est impliqué émotionnellement dans l'histoire.
Tom Six maîtrise donc son film de bout en bout, avec une photographie excellente et froide, à l'instar du ton clinique du film. Nous pouvons donc parier sur un futur grand talent qui exploite et rationalise son idée déviante pour proposer une oeuvre forte, qui peut vous choquer...

 

 

Mais, peut-être l'a-t-on oublié, après des kyrielles d'oeuvres formatées et inoffensives, n'est-ce pas la finalité d'un film "d'horreur" que de choquer ? Il est aussi vrai que, au-delà de l'horreur, "The Human Centipede" peut provoquer le dégoût !

Enfin, la suite, "The Human Centipede 2", la seconde séquence, serait en tournage.
Est-ce que Tom Six saura se renouveler ?
Quels seront les liens avec le Dr Laser, le scientifique bien ravagé de ce premier opus ?
Il y a peut-être un début de réponse puisque, une fois son "centipède humain" réalisé, le Dr Heiter prend des photos. Pour les montrer à des "confrères" ? Parce qu'il est le premier à avoir relevé un improbable défi ?
A voir !

 

 

Bastien

Vote:
 
6.00/10 ( 20 Votes )
Clics: 5408
0

Autres films Au hasard...