Commissaire X traque les chiens verts, Le
Titre original: Kommissar X – Jagd auf Unbekannt
Genre: Aventures , Espionnage
Année: 1966
Pays d'origine: Allemagne / Italie / Croatie
Réalisateur: Gianfranco Parolini
Casting:
Tony Kendall, Brad Harris, Maria Perschy, Christa Linder, Ingrid Lotarius, Nikola Popovic...
Aka: Comisario X / Kiss Kiss, Kill Kill / 12 donne d'oro
 

Le détective Jo Louis Walker et l'officier de police Tom Rowland sont amenés à travailler sur une enquête commune, dans laquelle deux hommes fortunés ayant bâti leur puissance sur le trafic d'armes ont été assassinés coup sur coup. Ces barons de la pègre, Al Costello et Manuel Prado, ont péri dans des circonstances similaires, à la suite d'une explosion.
Tandis que Rowland a été chargé de l'enquête, Walker est abordé par une certaine Joan Smith. Celle-ci a besoin de ses services afin de retrouver Bob Carel, un physicien nucléaire, qui a mystérieusement disparu. Le privé accepte, et son enquête le conduisant à Costello et Prado, il retrouve naturellement sur sa route son ami Tom Rowland. Les deux hommes vont travailler de concert afin de contrecarrer les plans machiavéliques d'O'Brien, un homme d'affaires puissant doublé d'un redoutable cerveau criminel.

 

 

Kommissar X est à l'origine une série de romans populaires ("de gare", comme on dit parfois) mêlant policier, espionnage et aventures dans la cité de New-York. Ses héros sont le détective privé Jo Walker, sa secrétaire et petite amie April Bondy, et enfin le capitaine Tom Rowland de la brigade criminelle. La série a été initiée par l'écrivain allemand Karl-Heinz Günther, ex-officier de la marine durant la Seconde Guerre mondiale. Il créa Kommissar X en 1959, qui était d'une certaine manière une réponse à un autre personnage du roman d'espionnage en Allemagne : Jerry Cotton (agent du FBI), dont la première aventure remonte à 1954 (rappelons que Ian Fleming écrivit les premières aventures de James Bond en 1952, c'était "Casino Royale", publié l'année suivante).
Une cinquantaine d'aventures de Kommissar X seront publiées entre 1959 et 1966, année qui verra l'adaptation de la série au cinéma. Plusieurs auteurs se sont relayés dans la rédaction des aventures du Commissaire, parmi lesquels Paul Alfred Müller à qui certaines sources (Imdb et Wikipedia version anglo-saxonne entre autres) en attribuent à tort la paternité.

 

 

Puisque le personnage de Jerry Cotton, suite au succès de James Bond, va être adapté au cinéma (huit longs métrages entre 1965 et 1969, les trois derniers réalisés par Harald Reinl), il était logique qu'il en soit de même pour le Commissaire X. Ce sera chose faite en 1966, avec une coproduction réunissant l'Allemagne (de l'Ouest, à l'époque), l'Italie et ce qui était autrefois la Yougoslavie (aujourd'hui la Croatie, le tournage ayant eu lieu à Dubrovnik et ses alentours).
C'est le réalisateur italien Gianfranco Parolini qui va tourner les cinq premiers opus de la série, sous divers pseudonymes dont celui de Frank Kramer. Les sixième et septième volets seront mis en scène respectivement par Roberto Mauri et Harald Reinl. Parolini est un vieux briscard du cinéma populaire italien. On lui doit une demi-douzaine de péplums dont quatre avec Brad Harris ("Samson contre Hercule", Hercule se déchaîne...), une flopée de westerns parmi lesquels "Sartana" et Sabata ainsi que Les trois fantastiques Supermen.

 

 

Pour incarner Tom Rowland, le cinéaste fait logiquement appel à l'américain Brad Harris, qui débuta sa carrière en Italie essentiellement avec Parolini par le biais du péplum. Pas très grand, mais doté d'une belle musculature, Brad Harris écumera les films d'action durant de longues années, dans tous les genres, pour le meilleur (L'étrangleur de Vienne) et pour le pire (Jungle 2000). Il compose un duo certes atypique mais néanmoins homogène avec Tony Kendall, ce dernier dans la peau du détective privé Jo Louis Walker, séducteur invétéré mais aussi bagarreur que son compère. Tony Kendall, de son vrai nom Luciano Stella, est un authentique Italien, né à Rome. Il trouve son premier rôle marquant dans "Le corps et le fouet" de Mario Bava. Il va ensuite enquiller la série des "Kommissar X", en alternance avec quelques westerns avant de tourner plusieurs films en Espagne à l'orée des seventies, parmi lesquels "Le retour des morts-vivants" et The Loreley's Grasp d'Amando de Ossorio. On le verra ensuite dans deux Belmondo : "Flic ou voyou" et "Le guignolo".

 

 

Pas de film d'espionnage sans de ravissante espionne ou de belle femme en détresse. Le commissaire X traque les chiens verts (titre français incompréhensible sans rapport avec l'intrigue) ne déroge pas à la règle. En premier lieu, la superbe Autrichienne Maria Perschy dont le physique n'est pas sans rappeler sa compatriote Romy Schneider. L'actrice tourne aussi bien en Allemagne qu'en Italie, et aussi en Angleterre. Parmi ses rôles marquants, on retient ceux dans "Murders in the Rue Morgue", Le bossu de la morgue, "Le monde des morts-vivants", Blue Eyes of the Broken Doll ou encore "Exorcismo". Une liste qui montre que Maria Perschy a également marqué de son empreinte le cinéma fantastique espagnol des années '70.
A ses côtés, un autre sex-symbol du cinéma de genre, l'Allemande Christa Linder, exquise blonde aux yeux bleus aperçue dans des séries B d'espionnage aux titres pour le moins exotiques ("Ça casse à Caracas", "Coup de gong à Hong-Kong"), mais également dans Le dernier jour de la colère et quelques décamérotiques. On pourra admirer sa magnifique plastique dans le Bel Ami de Mac Ahlberg.

 

 

Le commissaire X traque les chiens verts est scindé en deux parties inégales. D'abord, l'enquête qui s'avère parfois un peu confuse mais conserve un rythme de tous les instants, avec les ingrédients inhérents au film d'espionnage (bagarres, poursuites en voitures, gadgets, passages secrets…). Ensuite, le repaire du méchant, une base secrète située sur une île, qui donne à l'oeuvre un côté kitsch assumé avec son service d'ordre féminin en tenue sexy et affublé de perruques psychédéliques, anticipant les héroïnes de la série "UFO" créée par Gerry Anderson en 1969.
Cette seconde partie, la meilleure, est ouvertement un clin d'oeil au Dr No, premier James Bond sorti au cinéma, avec sa base secrète située sur une île, son complexe souterrain lieu d'expériences scientifiques et une véritable armée au service du grand méchant. Cette première incursion du commissaire X dans le 7ème Art est une réussite, avec un Brad Harris proche d'un Sean Connery au niveau de la hargne et de l'efficacité au combat, et un Tony Kendall dragueur comme pas deux, décontracté en toutes circonstances, plus proche quant à lui de Dean Martin en Matt Helm ou de James Coburn en Derek Flint.

 

 

Il y aura donc, par la suite, six autres "Kommissar X" : Chasse à l'homme à Ceylan, Dans les griffes du dragon d'or, Halte au L.S.D., "Trois panthères bleues", "Commissaire X et les trois serpents d'or" et enfin "Commissaire X contre Tiger-Gang". Notons que les sept longs métrages furent exploités en France au cinéma, mais que seul Halte au L.S.D. connut une sortie en vidéo chez nous.
En dvd, les Allemands de Koch Media et Anolis on récemment édité (fin 2012/début 2013) six des "Kommissar X", avec une piste anglaise et une piste allemande, mais surtout des masters de grande qualité au format respecté, surclassant les éditions antérieures abominables (celles d'Image Entertainment, entre autres). Seul "Commissaire X contre Tiger-Gang", pour des raisons de droits, n'a pas été réédité. Le commissaire X traque les chiens verts demeure en tout cas une belle réussite dans le genre "eurospy".

Flint

Vote:
 
7.14/10 ( 7 Votes )
Clics: 2620
0

Autres films Au hasard...